Intelligence artificielle dans le jeu - Natter - The Overlord Jump to content

Intelligence artificielle dans le jeu


Barbi
 Share

Recommended Posts

On avait discuté de l'impact des IA sur le Go ou les échecs (meme le cas de triche récement !) mais Meta a poussé jusqu'a en développer une pour jouer a Diplomacy, et ils ont réussi ... 

https://www.science.org/doi/10.1126/science.ade9097

 

Mon état d'esprit est partagé entre le choix du jeu et l'impact réel sur le futur et les potentiels développements militaires d'un coté, la prouesse technologique d'un autre

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

J'ai regardé un sujet sur l'IA sur arte cette quinzaine.

 

Pour l'instant, l'IA finalement ce n'est qu'un système d'optimisation reposant sur un base de données. Il lui manque la créativité, et parfois, c'est utile de sortir du cadre -ce qu'une IA est à priori incapable de faire... sauf à lui apprendre, mais là encore, la limite est imposé par les limites du créateur de l'IA dans le domaine...- 

 

Bref j'ai passé un agréable moment. sur le sujet.

 

merci pour ton partage.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Le 23/11/2022 à 19:26, razorspoon a dit :

Pour l'instant, l'IA finalement ce n'est qu'un système d'optimisation reposant sur un base de données. Il lui manque la créativité, et parfois, c'est utile de sortir du cadre -ce qu'une IA est à priori incapable de faire... sauf à lui apprendre, mais là encore, la limite est imposé par les limites du créateur de l'IA dans le domaine...- 

 

C'est vrai, mais pourtant les progrès des IA dans le domaines me font froid dans le dos. Il y a les robots qui marchent sur deux jambes, et qui sont capables d'éviter un obstacle voire de sauter dessus. Il y a aussi les petits robots dans les entrepôts d'Amazon, qui savent trouver un nouveau chemin quand l'habituel est bloqué, ou qui savent enseigner à leurs camarades...

On reste sur de l'optimisation, mais à la vitesse où ça va, l'improvisation risque d'en faire partie aussi... :/

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

L'IA c'est assez fascinant, moi mes craintes sont qu'on joue aux apprentis sorciers sans comprendre ce qui se passe et qu'on place notre confiance dans les IA sans les comprendre...

 

Je me rappelle d'un article sur une IA de recrutement qui suggérait de n'embaucher que des hommes, vu qu'elle reproduisait les biais existants dans la population d'employés pré-existants...

 

Après une IA peut faire preuve de comportements  "non prévus" : à la fin de mes études j'avais bossé sur un simulateur multi-agents de poissons : en gros on définissait les comportement individuels de poissons et on lançait une simulation sur toute une population : on retrouvait en sortie des comportement collectifs réels de bancs de poissons sans que ce des comportement programmés... (l'idée étant de voir ensuite quels seraient les impacts de changements environnementaux sur ces comportements)

 

On a souvent un fantasme d'IA "généralisée" qui serait au niveau humain (ou +), ça me semble lointain, par contre des IA spécialisées par domaines sont tout à fait envisageables dès aujourd'hui...

  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 18 heures, Ariochson a dit :

Je me rappelle d'un article sur une IA de recrutement qui suggérait de n'embaucher que des hommes, vu qu'elle reproduisait les biais existants dans la population d'employés pré-existants...

 

 

 

Je rebondis là-dessus les biais... Alors de mémoire...
Je rajoute la reconnaissance des photos ou le jeu d'images n'avaient que des hommes armés noirs, un homme noir avec un tuyau d'arrosage (ou un autre "outil" quelconque) était reconnu comme armé de fait...

L'IA qu'on avait lancé sur internet et qui avait rapidement appris à être raciste et misogyne...

 

Link to comment
Share on other sites

Le 25/11/2022 à 09:40, demonge a dit :

l'improvisation risque d'en faire partie aussi...

 Franchement? Pour moi, compte tenu de ce que je sais du fonctionnement de notre cerveau, impossible.

 

l'IA s'articule autour d'un circuit logique. gigantesque, évolutif, adaptable, mais incapable d'improvisation. je veux dire que techniquement, c'est toujours un "système", pas un organisme. les systèmes n'ont pas la faculté à "sortir du cadre", donc à développer une sensibilité ou un sens critique basé sur autre chose que la logique pure -je sais, il y a aussi des humains qui fonctionnent comme ça...- 

En bref, un IA ne peut pas 'ressentir', comme un être vivant. pour plusieurs raison d'ailleurs.

 

Bref, la personnification de l'IA est à ce jour un mythe. Notes que je parle au présent, parce qu'une des vois de la personnification de l'IA est la fusion de l'organique dans la machine (imagines un processeur avec des cœurs organiques...). Cependant, ce concept pose d'autre problème, entre autre comment faire durablement cohabiter la chair et le métal...

 

De mon côté, ce qui me laisse rêveur, c'est bien l'application l'IA à la robotique. nous sommes au début des "prothèses intelligentes" pour les amputés, des systèmes autonomes, la domotique intelligentes... 

  • I'm Batman! 1
Link to comment
Share on other sites

Le 23/11/2022 à 19:26, razorspoon a dit :

Pour l'instant, l'IA finalement ce n'est qu'un système d'optimisation reposant sur un base de données. Il lui manque la créativité, et parfois, c'est utile de sortir du cadre -ce qu'une IA est à priori incapable de faire...

 

De mémoire la seule fois où l'IA avait été en difficulté sur le tournoi de Go Homme Vs IA, c'était lorsque le joueur humain avait fait une entame de partie complétement hasardeuse et inhabituelle, ce qui avait eu pour effet de décontenancer l'IA sur son assise de base de données.

Créativité, improvisation ou sensibilité, ce qui  m'effraie peut-être le plus dans une IA, c'est justement ce que l'humain va pouvoir y projeter. Les Alexa et les Siri sont pour l'heure des IA somme toute très utilitaires mais encore à leur tout début. 

On va rapidement s'acheminer vers des IA conversationnelles extrêmement bluffantes et poussées qui vont mettre à mal le rapport à l'autre. Une IA qui semble interagir avec naturelle avec un sujet humain va rompre une certaine frontière et faire basculer certains sur un terrain pas forcément très sain psychiquement parlant. Une IA qui nous connait, nous écoute, qui a du répondant, qui se joue des codes du langage (même artificiellement), je pense que c'est  piégeux. Ce sera presque un cas de transfert en psychanalyse chez certaines personnes.

 

Le 26/11/2022 à 09:55, razorspoon a dit :

Bref, la personnification de l'IA est à ce jour un mythe

 

Plutôt d'accord avec ça... mais l'humain qui interagit avec l'IA créera inconsciemment une personne, un autrui et ça va être propice au développement d'un rapport déviant à l'IA et à ce qu'elle représente vraiment. 

Dans le film de Spike Jonze, Her (avec Joaquin Phoenix et Scarlett Johansson (la voix of de l'IA)), c'est typiquement ça : le personnage masculin tombe amoureux de la voix et de ce qu'il projette sur elle. C'est beau et très triste à la fois.

 

À vous lire tout au long de la semaine à ce sujet, c'est un peu ce que ça m'a évoqué cette question d'IA.

  • Like 4
Link to comment
Share on other sites

On se rapproche du test de Turing. 

après entre confondre une IA avec un être vivant c'est une chose. Lui conférer un caractère conscient en est une autre.

 

En y repensant, une grande différence entre l'homme et l'IA: la structure de la pensée. Nos cerveaux sont conçus pour travailler sur un modèle arborescent.  c'est en parti du à la latéralisation des hémisphères.  la créativité y joue un rôle important. Inversement, l'IA résonne sur un mode analytique et linéaire, étape par étape. Je n'ai pas trouvé de comparatif sur le sujet, mais à priori c'est assez délicat de modéliser un raisonnement arborescent à partir de circuit logiques... Si quelqu'un à un texte de référence sur le sujet, je suis preneur.

 

L'IA pour moi sera toujours un outil, un  assistant. Sans pour autant arriver au niveau de l'IA, il y a déjà beaucoup d'objets "intelligents" dans nos quotidiens. 

 

Tiens, ça me fait penser:

Sur le sujet -mais en disant ça je spoile un peu le principe du truc- je recommande la lecture de "Les Solariens" par Norman Spinrad.  à l'époque, ça m'a scotché, surtout la vision humaniste de la SF chez Spinrad, en fait.

 

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Le 26/11/2022 à 09:55, razorspoon a dit :

 Franchement? Pour moi, compte tenu de ce que je sais du fonctionnement de notre cerveau, impossible.

 

l'IA s'articule autour d'un circuit logique. gigantesque, évolutif, adaptable, mais incapable d'improvisation. je veux dire que techniquement, c'est toujours un "système", pas un organisme. les systèmes n'ont pas la faculté à "sortir du cadre", donc à développer une sensibilité ou un sens critique basé sur autre chose que la logique pure -je sais, il y a aussi des humains qui fonctionnent comme ça...- 

En bref, un IA ne peut pas 'ressentir', comme un être vivant. pour plusieurs raison d'ailleurs.

 

Bref, la personnification de l'IA est à ce jour un mythe. Notes que je parle au présent, parce qu'une des vois de la personnification de l'IA est la fusion de l'organique dans la machine (imagines un processeur avec des cœurs organiques...). Cependant, ce concept pose d'autre problème, entre autre comment faire durablement cohabiter la chair et le métal...

 

De mon côté, ce qui me laisse rêveur, c'est bien l'application l'IA à la robotique. nous sommes au début des "prothèses intelligentes" pour les amputés, des systèmes autonomes, la domotique intelligentes... 

Oui bien sûr, ma crainte n'est pas à l'aune des 6 prochains mois, mais dans 10 ans, je suis déjà moins serein sur l'avancée qu'aura pris le secteur.

Je vais parler d'un truc que je ne maîtrise pas, mais le Machine Learning, c'est pas justement tenter de faire apprendre à l'IA toute seule ? Et donc ce faisant apprendre à "improviser" ? (notez les guillemets car ça restera de toute manière mathématiquement logique)

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, demonge a dit :

Et donc ce faisant apprendre à "improviser" ? (notez les guillemets car ça restera de toute manière mathématiquement logique)

Pour l'improvisation, ou ce qui s'en rapproche le plus, la programmation utilise un outil qui en donne le sentiment, c'est la "logique floue", a savoir qu'au lieu de chercher LA meilleure réponse, le programme va chercher une réponse que l'on qualifira de seulement acceptable.

 

Je donne un exemple un peu bidon mais qui permet d'appréhender l'idée :

A n'importe quel moment d'une partie d'échec après les 9 premiers coups, il est possible de gagner en cinq coups. L'ordinateur sera programmé pour trouver cette solution.

La, on lui dit qu'il doit juste trouver et appliquer la première solution qu'il calcul entre cinq et huit coups, que c'est acceptable.

  • Like 3
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il faut faut bien comprendre qu'une intelligence artificielle n'a rien d'intelligent, ça fonctionne peu ou prou toujours de la même manière: Pour trouver un mot de passe ou déterminer un coup à jouer, il va tenter toutes les combinaisons possibles. Et garder celle qui le fait gagner avec le moins de coups. L'idée de la programmation actuelle est de lui assigner une base de donnée en supplément qui va lui permettre de ne pas réaliser tous les calculs ou du moins d'optimiser ça. Par exemple, pour les mots de passe a craquer, 14 mots de passe présentent 78% des mots de passe utilisés. L'idée est de débuter un test par ceux-là avant toute chose. Idem pour les intelligences de jeux, est-ce un cas répertorié et est-ce que je connais déjà la réponse optimale ? Si oui, autant l'utiliser. C'est particulièrement flagrant dans les intelligences de jeux d'échecs qui utilisent TOUJOURS les mêmes entrées, tres scolaires.

Une intelligence reste un calcul très con, c'est juste la quantité dans un laps de temps court qui offre un rendu impressionnant. La prochaine étape sera les ordinateurs quantiques.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a des façons un peu sympas d'optimiser les calculs (car oui au final l'IA c'est une machine à calculer, très complexe certes), par exemple les algorithmes génétiques :
on part d'une population d'entitées (une centaine, un millier...) définis par des caractéristiques (des "gênes"), puis on leur fait résoudre un problème (plus ou moins compliqué)...
on évalue le succès de chacune des entités : les meilleurs sont conservés, les moins bons sont éliminés, et de nouvelles entitées sont recréées (en faisant "s'accoupler" les entitées sélectionnées) pour revenir à la taille de la population initiale.

De temps en temps on introduit une variation aléatoire, pour éviter de se retrouver sur des pics de solutions "locaux" (un solution optimale par rapport aux solutions proches, mais pas optimal dans l'ensemble des solutions).

Au bout d'un certain nombre d'itérations on a des entitées qui savent résoudre le problème de façon plus ou moins satisfaisante :)

On a copié les mécaniques de l'évolution :)

J'ai testé il y a longtemps un fichier Excel conçu de cette façon qui jouait à Colons de Catane, pas trop mal (mieux qu'un joueur débutant) mais pas fou non plus...
j'ai vu aussi des vidéos de simulation de conduite : au début c'est n'importe quoi (avec des voitures qui partent dans tous les sens, y compris en arrière ou bloquées contre les murs), à la fin c'est super optimisé...

Après c'est toujours le même biais de spécialisation : à la fin on obtient une IA qui fait très bien son job dans un contexte précis, et selon les instructions en entrée fournies par l'homme (comment code-t-on les génes ? comment peut-on évaluer le résultat ?)
Dans un jeu ou un contexte où il est facile d'évaluer le résultat, c'est efficace parce que c'est finalement de l'optimisation de processus !
 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 19 heures, demonge a dit :

le Machine Learning, c'est pas justement tenter de faire apprendre à l'IA toute seule ? Et donc ce faisant apprendre à "improviser" ?

 

Le machine learning, c'est une collecte de donnée. Par thème; le programme auto enrichi sa base de donnée pour pouvoir répondre au mieux aux situations dans son domaine. Un peu comme un anti-virus met sa base virale à jour régulièrement. 

Pas d'improvisation ou de "pensée" au programme. Par contre un assistant de première classe pour prendre des décision analytiques.

 

Il y a 9 heures, SentMa a dit :

c'est la "logique floue"

 

c'est le concept que je cherchais!

 

oui, c'est une sorte d'émulateur d'humanité. Un Canada Dry de la pensée humaine. Mais derrière, tout est calcul et logique. pas de hasard, pas d'hésitation, pas de créativité.

 

NB: oui le sujet me passionne, je me suis lancé pour l'année à venir dans un cycle de formation sur la mémoire et le fonctionnement du cerveaux. Le parallèle avec l'IA est une petite cerise. je trouve ça fascinant, même si je crois plus en l'assistant de luxe qui se profile qu'à l'alter ego en silicone.

 

 

 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Unfortunately, your content contains terms that we do not allow. Please edit your content to remove the highlighted words below.
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

Our website uses cookies to guarantee you the best navigation. By continuing your visit, you confirm that you accept these cookies. Our Cookie Policy has other terms. Privacy Policy