Edrahil - The Overlord Jump to content

Edrahil

Members
  • Posts

    947
  • Joined

  • Last visited

My games

  • MB: Pantheon
    God Pledge
  • Conan
    Boite King
    Strech Goals
    Stygie
    Nordheim
    Khitai
    Arbalétriers
    Valkyrie Vanir
    Chasseurs de sorcières Kushites
    Les Hommes Noirs
    Baal-Pteor
    Les Dragons Noirs
    Pack de portes
    Tigre à dents de sabre
    Loups géants
    Démon de la Terre
    Pack aventure
    Dragon
    Yogah de Yag
    Xavier Colette Box
    Brom Box
    Paolo Parente Box
    Livre de Campagne

Recent Profile Visitors

1,643 profile views

Edrahil's Achievements

Veteran

Veteran (12/14)

  • Conversation Starter Rare
  • Week One Done
  • One Year In
  • Dedicated Rare
  • One Month Later

Recent Badges

1.7k

Reputation

  1. A ceux qui l'ignorent, je souhaitais pointer déjà depuis quelques temps l'existence en bouquin de La Classe Américaine de M. Hazanavicius et D. Mézerette. Avoir en livre les dialogues complets de ce chef d'oeuvre du cinéma ça n'a pas de prix à mes yeux. Et puis c'est vraiment la classe de pouvoir ranger la prose de George Abitbol entre Le Cid de Corneille et Electre de Giraudoux 😁 Bref j'avais envie que vous le sachiez. Et la lecture est à la hauteur du film avec ses nombreuses analyses au 36ième degré. C'est bourré de détails.
  2. Alors en juin j'en ai repris la lecture de zéro comme j'avais pu l'évoquer ; là je peux répondre que j'en suis au T6. D'ici à fin septembre je serai sur le T7. C'est un bon rythme et ça m'étonne un peu aussi : c'est quand même 9 beaux bébés de 700 pages. Et ne pouvant lire qu'essentiellement le weekend, c'est pas mal. C'est ce dernier point qui m'étonne. Mais ça se lit bien, je dois reconnaître que je suis bien dedans et que c'est une saga passionnante. J'ai bien fait de réinitialiser ma lecture au T1. Y a des années j'avais lu les 2-3 premiers tomes à leur sortie mais je n'en avais plus qu'un souvenir vaporeux à l'instar d'un rêve ou d'un film que t'aurais vu môme. C'était pas suffisant pour raccrocher les wagons et s'y remettre. Mon plaisir de lecture se voit accru par le fait que je puisse les enchaîner créant cet effet saga et mettant bien en lumière l'ampleur de l'univers et le relationnel des personnages. J'ai vraiment hâte de voir ce qu'il en a été fait avec l'adaptation tv après ma découverte livresque.
  3. Je suis content de voir que plein d'extensions pour La Guerre de l'Anneau sont dans les tuyaux sur votre site. C'est un réellement plaisir de savoir que prochainement, nous aurons la chance d'avoir cela en VF. Il le mérite ce sacré jeu. Surpris aussi de découvrir sur le site qu'un jeu de carte était au programme ; il a l'air pas mal lui aussi de ce que je peux en voir. Il a un petit côté hors temps, avec un certain charme. Les extensions de LGdA vont sortir d'ailleurs en même temps ou s'étaler un peu dans le temps ? Y aura un mega-pack extensions comme parfois c'est possible ? Merci à toi et bon salon à vous les Nuts.
  4. Moi des fois en Fiat Panda chuis à 70 en montée. Si c'est vrai !
  5. Méprise pour moi en effet. Bien vu ! Il n'empêche, je ne retire rien à mon propos, ce Monsieur McCreary sait donner toute l'ampleur qu'il faut à ces partitions ; elles servent à merveille les images. Merci de m'avoir corrigé.
  6. Vu donc les trois premiers épisodes des Anneaux de Pouvoirs est je me range à vos avis globalement positifs. C'est un sacré beau livre d'images. Certains décors et rendus sont somptueux et titillent sacrément l'imaginaire. Je la suis avec un très grand plaisir, pour l'histoire et le lore du Seigneur des Anneaux mais je dois reconnaître ne pas être animé par quelque chose de passionnel comme je peux l'être sur d'autres séries. J'ai rendez-vous avec un épisode supplémentaire qui fait avancer une histoire, plus que j'ai rendez-vous avec une série où j'aurais un attachement viscérale à celle-ci. Alors même que j'adore passionnément le Seigneur des Anneaux. Un point qui n'a pas été salué (ou alors me rappelle plus) et que je trouve important, c'est la bande son d'Howard Shore qui rehausse et maîtrise très bien le sujet/la série. Y a mille et un thèmes superbes qui habillent la série et rendent justice à l'ampleur de l'univers. En gros, j'aime beaucoup, ne suis pas déçu, mais entre la série et moi, je ressens pour l'heure comme une certaine désincarnation, comme expliqué juste au-dessus.
  7. Ces derniers temps : -Découverte de Living Forest : deux parties à deux joueurs avec le neveu. Il mérite bien ses échos positifs. En poids moyen familial il est top. Plein de petites mécaniques qui s’emboîtent bien les unes dans les autres pour donner des façons de marquer et d’agir différentes : j’ai bien aimé. Le thème est bien présent et rendu ; quoique ça pourrait être autre chose mais c’est bien posé et exploité ce thème nature : ça change des armées, des monstres, du développement industriel, de la gestion de ceci, de cela… [Et employer dans la phrase précédente “exploiter” et "nature" c’est drôle en soi]. J’ai hâte d’y rejouer à plus de deux, il y aura moins ce côté course/sprint à deux et je suis curieux de voir comment on peut lire le jeu des partenaires pour réagir et s'ajuster en fonction. -Cinq parties, toujours à deux de Happy City. Rapport qualité/prix/plaisir au top. C’est plaisant et rapide. Le choix des cartes et du blocage de l’adversaire est prenant : c’est le plaisir du combotage accessible et familial. -Et aussi depuis que je me suis remis en juin au Seigneur des Anneaux JCE pas loin de 70 parties environ. J'ai un rapport particulier et une grande passion pour ce jeu. J'y joue sur la V1, j'ai la quasi totale. Me manque juste les deux derniers paquets d'aventure du dernier cycle La Vengeance du Mordor sortis pendant le Covid de manière sale et confidentielle quand tout se restructurait chez Edge itou.
  8. Je n'ai pas voulu rentrer dans le détail mais je suis aussi un lecteur passionné de Marlowe de Chandler, et j'avais senti une similitude de procédé. Je n'ai pas voulu délayer la sauce, je sais que je peux être bavard sinon à l'écrit. Alors gros oui avec toi. Tu les as lus en VO les Reckless ? Parce qu'en VF, y a une post face où justement Ed Brubaker confit s'être abreuvé des influences de Chandler et cie. Il a digéré ses influence faut croire comme on dit. Oblivion Song, je les prends d'occaz' à vil prix, pas de regret comme ça.
  9. Si depuis juin je suis sur de la lecture romanesque (la totalité des 9 tomes de The Expanse), sur certains trous je lis encore un peu d'imagé. Voici mes dernières comme à mon habitude. Oblivion Song T1 et 2 de Kirkman/De Felici. Avec la lecture des deux premiers tomes, je dois bien reconnaître que ce qui prime chez moi pour l’heure c’est l’indifférence. Je suis resté complètement indifférent : pas forcément de déplaisir à la lecture, mais pas non plus de plaisir évident. J’aurais lu un mode d’emploi d’électroménager c’était pareil. Alors je sais tout le bien qui en a été dit ici et je vais continuer parce que je les ai et que j’aime aller au bout de mes lectures, mais pour le moment, ce n’est pas l’enflammade. Le résumé vend du rêve pourtant scrogneugneu ! Mais je vais faire confiance à vos retours et celui de Barbi qui semble être un peu sur ma ligne : “Pour le coup, juste 6 tomes, un concept construit qu'il ne pouvait pas rallonger, on se demande ou il va dans les deux premiers mais c'est intrigant, les deux suivants construisent l'état des lieux au niveau des personnages et de la science, les deux derniers développent la conclusion. C'est super dur de commenter sans spoiler, mais il aborde ses themes favoris avec un angle complétement différent et une intrigue plus dense. Le dessin est parfois moyen, surtout au niveau des visages, [...]” Reckless T1 d'Ed Brubaker/Sean Phillips. Ici c’est l’inverse de Oblivion Song. À chaque nouvelle série ou tome du duo Brubaker/Philips, je crains toujours d’être déçu. J’appréhende toujours de tomber sur le comics de Brubaker que je n’aimerais pas, et heureusement pour moi ce ne sera pas celui-là. Ce sont toujours des histoires redoutables d’efficacité où une trame en apparence simple se voit enrober des problèmes des protagonistes, de leur passé, de leur entourage toxique ou que sais-je encore et ça déroule tout seul pourtant. Le résumé de départ est très simple : "Ethan Reckless est un ancien étudiant radical. Son job? Régler les problèmes. Toutes sortes de problèmes, quels qu'ils soient... à condition d'y mettre le prix. Les activités d'Ethan Reckless lui ont fait rouler sa bosse, comme on dit. Et il ne craint pas grand-chose... Si ce n'est que son passé le rattrape. Et cela semble bien être le cas..." De la bel ouvrage. Note personnelle : en plus chez moi, cette hyper-narration que Brubaker met systématiquement en place dans ses récits, où en plus des bulles des personnages, nous avons ces très nombreux encarts avec le personnage principal qui lui-même raconte au lecteur son histoire, ça m’embarque à chaque fois. C’est un procédé que j’adore et qui me rappelle toujours la voix off des personnages principaux des films de Scorcese. Ça me happe toujours. RIP T3 et 4 de Gaet's/Monier. Allez hop je me cite parce que je ne dirais pas mieux : “Superbe découverte que ces RIP. Bande-dessinée à l’atmosphère sombre, aux personnages plein de gouaille et tous différents des uns des autres, on prend un plaisir certain à suivre leur vie de misérables, -une vie qui ne leur a jamais souri. L’histoire est la suivante : “Des gens meurent parfois dans l’indifférence générale. Ces gens qui n’ont pas de famille, pas d’entourage, pas d'amis. Ils vont parfois rester longtemps chez eux avant qu’on ne les découvre. Heureusement la société qui emploie Derrick et ses collègues est chargée de faire le ménage avant que toute la famille ne défile. Ce qu’ils découvrent n’est pas toujours beau à voir…” La série est sombre et sans aucune once de joie et de bonheur. Au concours des séries noires, elle a parfaitement sa place à côté d’un Scalped ou de certains Brubaker. Pour faire court : ce sont des pauvres types qui côtoient d’autres pauvres types. En somme, un vrai cocktail de gaieté… Je ne savais pas à quoi m’attendre en entamant la lecture de ces bd (exception faite du résumé). La bonne surprise vient de l’histoire générale : chaque tome est centré sur un personnage de la bande de nettoyeurs/pilleurs, mais chaque tome vient s’imbriquer dans une histoire plus globale (et riche) qui court tout au long de la série. Chacun vient s’emboîter avec et/ou dans le tome précédent pour apporter une explication, un angle de vue différent qui fait l'histoire globale.” Ce que je peux rajouter toutefois en en ayant lu deux tomes de plus, c’est que c’est de la dentelle. Plein de petits détails viennent s’imbriquer les uns dans les autres ou se rappeler à nous : l’impression que le récit est très bien maîtrisé accroît d’autant le plaisir de lecture. Chaque tome apporte un nouvel angle de lecture à l’ensemble qui fait sens et ça vaut le détour. Et le tome 5 sort ce 14 septembre ; l'est centré sur le personnage de Fanette. Spy X Family T1/2/3/4/5. Découverte de la série Spy X Family avec la lecture des cinq premiers tomes. Alors je suis mitigé. L’histoire comprend grossièrement trois pôles : romance, comédie et espionnage, et finalement, je lui reproche peut-être l’équilibrage entre ces trois dimensions. Je m’explique. J’aurais préféré voir un franc déséquilibre en faveur de l’une ou l’autre (mes inclinations perso me poussent à dire comédie et/ou romance), afin de donner un peu plus de caractère à l’ensemble. Mais malheureusement, j’ai l’impression que, pour le coup, c’est moyen partout bon nul part et je trouve ça dommage. Alors être mitigé ne veut pas dire que je n’aime pas, la lecture est agréable mais ce n'est pas le plaisir attendu. Et à y bien réfléchir, je dois reconnaître que les parties “espionnage” sont moyennasses et pas des plus palpitantes et ralentissent l’histoire que je préfère plus centrée sur les relations des personnages. Sexy Cosplay Doll T7 et 8. Relecture du T7 de Sexy Cosplay Doll pour enquiller avec la sortie récente du T8. C’est ma série chouchou du moment : les rapports entre les deux personnages principaux sont intéressants parce que loin des clichés habituels du genre. Ou plutôt si. Si, effectivement, il y a le cahier des charges des clichés de ce genre qui est bien respecté, la tonalité et comment les choses sont décrites et amenées, font que c’est légèrement différent des autres mangas. Le jeune homme n’est pas un niais velléitaire conscient de ses sentiments et n’agissant pas, mais à un questionnement logique et l’attitude qui va avec (dans la limite du genre bien entendu) ; et la jeune fille, qui est jolie et le sait, nous est rendue, grâce au traitement délicat de l’auteur, très touchante et sympathique. L’ensemble est toujours frais et agréable à lire, parsemé de jolis moments. J’aime vraiment beaucoup.
  10. Le saviez-vous ? Dans le règne animal, le morpion est le seul animal capable de changer de sexe en moins de dix secondes. Étonnant non ?
  11. Mars : Code Aurora fait parti de ces jeux qui sont suivis par le magazine Ravage (la version jeux de figurines) ; il y a très souvent des articles dessus à son sujet. Et c'est très bien. C'était juste pour dire.
  12. Je n'ai pas d'enfant perso, mais c'est quand même un peu moi qui parle à ma sœur de mes problèmes d'équilibrage de deck Magic ou Seigneur des Anneaux JCE... je pense qu'elle s'en fout complet... Mais alors complet ! Alors que c'est grave important pour moi
  13. En fait quand on y pense, je me dis que huit épisodes pour nous raconter que ça durant cette première saison, c'est là qu'on peut se dire que c'était un brin mou et plan-plan, et que oui, ça ne suffit pas/plus. Ils auraient peut-être pu aller plus loin dans la série (comprendre l'histoire) en ayant une réalisation et accompli des choix plus nerveux et audacieux. C'est un entre-deux qui ne satisfait pas.
  14. Je finirai de visionner ce soir le deuxième épisode des Anneaux de Pouvoir. Vu le premier et l'entame du deuxième hier. Pour l'heure, comme vous, plutôt un ressenti positif. Je reviendrai développer plus tard. Sinon pour l'heure, j'ai fini la saison 2 d'Undone (qui est la dernière). Ça s’avère donc être une bien belle découverte cette série. Je ne redirais pas tout le bien que je pense d’elle (voir ce que je j’en disais plus haut) mais cette seconde saison sait poursuivre et développer le lore de la série et étoffer les traumas entraperçus durant la première saison. C’est moins gadget que ce qu’on peut craindre en poursuivant sur une deuxième saison. Au final, ça se tient très bien, j’ai adoré, c’est original, humain et bien pensé, et cerise sur le gâteau elle est vite vue avec un grand plaisir. Paper Girls - Saison 1 : que dire ? En fait, à partir du moment où j’ai compris que ce n’était pas une série qui adaptait les comics, mais plutôt qui s’en inspirait, et que j’ai fait ce deuil-là, ç’a été. Quand on voit les choix pris, le traitement complètement différent -parfois- de l’histoire, et que ça continue d’être nébuleux au fur et à mesure du scénar’, j‘ai senti poindre la déception. Il y a de jolis passages, de chouettes moments, et je dois dire que globalement j’ai aimé malgré tout ; mais comme j’ai coutume de dire, la nuance se cache souvent dans les adverbes, et globalement aimé ce n’est pas totalement aimé. Je ne lui reproche rien d’autre que ce que j’avais pu émettre précédemment plus en amont de ce fil. J’ai apprécié malgré tout, mais c’est une appréciation qui prend racine dans de la déception… Encore une belle petite découverte : Wolf like me. Entre drame, romance, comédie et fantastique, le tout est bien dosé et bien écrit, je dis oui. Six épisodes de 25 min. approx' c’est nickel. Pas de gras, pas de fanfreluche, ça trace sa route jusqu’à son but. Les acteurs incarnent bien leur rôle, ils sont très attachants et complémentaires. Wolf like me c’est l’histoire d’un veuf qui élève seul sa fille sujette à des crises d’angoisse, qui un jour rencontre une femme, en tombe amoureux et la série présente la naissance et les débuts de cette relation. La série sait tirer partie de son synopsis à merveille en s’ingéniant à mélanger tous les genres comme je le disais dans mon entame. On passe rapidement du drama, à la comédie, pour basculer par la suite sur autre chose. J’ai vraiment beaucoup aimé.
  15. En m'amusant à faire défiler des articles sur Amazon je suis tombé sur ça : âmes sensibles s'abstenir. Ça m'a fait rire, puis ça m'a fait flipper. Puis ça m'a fait rire, et ça m'a fait flipper... 😁
×
×
  • Create New...

Important Information

Our website uses cookies to guarantee you the best navigation. By continuing your visit, you confirm that you accept these cookies. Our Cookie Policy has other terms. Privacy Policy