Jump to content

Edrahil

Members
  • Content Count

    352
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

504 Excellent

My games

  • MB: Pantheon
    God Pledge
  • Conan
    Boite King
    Strech Goals
    Stygie
    Nordheim
    Khitai
    Arbalétriers
    Valkyrie Vanir
    Chasseurs de sorcières Kushites
    Les Hommes Noirs
    Baal-Pteor
    Les Dragons Noirs
    Pack de portes
    Tigre à dents de sabre
    Loups géants
    Démon de la Terre
    Pack aventure
    Dragon
    Yogah de Yag
    Xavier Colette Box
    Brom Box
    Paolo Parente Box
    Livre de Campagne

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Hier vu au ciné "Les Quatre Filles de Dr March" de Greta Gerwig. J'ai toujours apprécié les choix artistiques de Greta Gerwig, aussi bien en tant qu'actrice que réalisatrice. J'avais déjà été voir son premier long métrage "Lady Bird" y a 3/4 ans et j'avais aimé sa première expérience en tant que réalisatrice. Dans "Lady Bird", il y avait déjà Saoirse Ronan et Thimothée Chalamet : "Les Quatres Filles du Dr March" était donc fait pour moi. J'ai vraiment, mais vraiment, beaucoup apprécié ce film et ce qui a été fait de ce classique de la littérature mondiale multi-adapté. Je pense que ce qui en fait une oeuvre originale c'est déjà le parti pris de la réalisatrice de prendre à bras le corps les deux tomes du roman éponyme de Louisa May Alcott pour en proposer un film de 2h15. Si le premier tome s'attache à nous montrer le quotidien des filles March (leur jeunesse ; ce que tout le monde connait), le deuxième, plus méconnu, nous les montre devenues femmes, chacune avec son destin propre. La réalisatrice construit ainsi son film sur un va-et-vient permanent entre le passé et le présent/futur des héroïnes où chaque temps fort connait son pendant positif ou négatif dans le passé ou le présent/futur. Greta Gerwig se permet aussi avec cette adaptation de faire quelques modifications bien senties de l'oeuvre originale, le rendant très moderne dans son intrigue, ses enjeux... Le XIXième qui est dépeint ne fait pas empesé pour le coup. D'ailleurs la reconstitution est fabuleuse dans ses détails : que ce soit le premier plan, les plans intermédiaires ou l'arrière plan, tout est nickel et l'animation, la vie que l'on voit à l'écran fait "vrai". Le cadrage est toujours très bien choisi. Techniquement il est superbe. L'histoire en elle-même m'a subjugué. De la première seconde à la dernière. Pour qui aime le romantisme et ses représentations (façon "La leçon de piano" ou "Jane Eyre" par exemple, et pas quelque chose de cucu la praline), il a son comptant ! Les images sont belles et les propos qui justifient et animent ces images concourent à accroître le romantisme ambiant. Greta Gerwig parvient à faire un romantisme empreint de modernité dans son propos : grâce à son casting notamment et la direction d'acteurs (je pense à la manière dont ils se meuvent et interagissent (chamailleries et autres)). Je le redis ce n'est pas chiant, ni empesé et ce n'est pas un tire-larmes à 2 sous non plus, c'est tout simplement beau. Et humain. Des petites histoires simples ramifiées les unes aux autres qui nous font aimer ce qu'on voit. Je pourrais continuer longtemps à en parler tellement il m'a plu, mais j'ai dit l'essentiel. Je vous laisse, je vais faire ma demande en mariage à Saoirse Ronan 😁
  2. Je sais avant même de commencer que ce post sera maladroit parce que je ne sais pas comment le dire et quoi vraiment dire sans fadaises et platitudes. Je ne suis pas ce qu'on peut appeler un gros posteur sur TO. Mais ceux qui me croisent de ci de là sur TO savent que je suis très présent parce que je lis presque tout et que, d'une manière un peu irrationnelle, j'ai une profonde affection pour ce que ce forum peut représenter, pour ses habitués... Pour plein de choses. Avec la dernière campagne avortée, j'ai vu mon fofo transfiguré : beaucoup de bruit et de fureur, beaucoup de monde... beaucoup trop de choses. C'était une autoroute avec ses embouteillages. Et les foules c'est pas mon truc. Je suis encore moins intervenu que ce que je pourrais le faire habituellement. Je m'en tenais loin mais j'étais proche. Je viens maintenant et ici, pour dire ce que d'autres on pu mieux exprimer que moi, (je pense à @Olorin qui a fait un très beau post sur ce fil je crois), je veux tout simplement dire que je suis peiné pour la Team Monolith, par la tournure prise de la campagne mais que ma confiance n'a rien d'entamé. Je passe tard pour le dire, parce que je voulais y penser et j'y pensais en effet, mais je voulais signifier que je pense à vous. La Force est avec vous. Après la nuit vient toujours l'aube.
  3. Bloom into you (les trois premiers tomes) Cette série manga c'est ma découverte et mon coup de coeur de la fin d'année. La seule erreur que j'ai commise, c'est de ne pas avoir laisser "courir" la série pendant quelques numéros (la série s'achève en 8 tomes), et de m'y être mis dès la parution du premier tome. Maintenant je me retrouve à devoir attendre chaque tome avec une grande impatience. Et ça, c'est dur. Sinon l'histoire : c'est une chronique lycéenne comme y en a beaucoup dans les mangas. Elle est très classique dans son traitement, pourtant je lui trouve un certain charme dans son déploiement de l'intrigue (pour une fois on ne sait pas vraiment comment cela peut se finir) et y a un petit questionnement sur la notion d'attachement en amour qui n'est pas déplaisante. En tout cas pour ceux qui aime ce genre, c'est très bien. Moi j'aime. Conquêtes T4 - Uranie Une super lecture pour une super série. Gros plaisir de lecture sur ce quatrième tome. Avec ce dernier tome, cela joue à fond le jeu d'une SF militariste dans tout ce que ça peut avoir de clichés dans les dialogues, les comportements et j'en passe... Mais ça reste très agréable à lire. Pour rappel chaque tome part sur la même base scénaristique : l'humanité a foiré sur Terre et doit pour sa survie coloniser une autre planète. Chaque tome c'est la tentative de colonisation d'un nouveau système après un réveil cryogénique (souvent) et la rencontre avec un nouveau biotope et ses autochtones. Chaque tome est typé : le 1, cadre : la glace, le froid, le 2, cadre : l'eau, le 3, cadre : chais plus (et certainement le plus faible de la série) et ce 4, cadre : le désert. Conan le Cimmérien - Les Clous Rouges Un tome qui n'a pas su me faire ressentir le plaisir de lecture du roman. Est-ce que je me rappelais trop bien l'histoire justement? Peut-être un peu. Toutefois je pense que je ne suis pas super fan du dessin et que ça ne m'a pas permis de rentrer dans l'oeuvre. Et il fait parti de ces tomes qui se lisent à une vitesse dingue. Il y a quelque chose de trop rapide qui me frustre quand c'est ainsi. Pas le meilleur tome pour moi. Conan le Cimmérien - Le Peuple du Cercle Noir Celui-là c'est l'inverse du précédent : gros plaisir de lecture. Et de la lecture, y en a. Le dessin correspondant plus à mes goûts (l'effet crayonné ne me dérange pas) et la bd étant bien remplie en bulles, c'est plus calibré à mes préférences en terme de bd. On a le temps de rentrer dans l'histoire, d'y rester, de la vivre... et on ressent bien l'aventure de Conan. Un des meilleurs tomes dans les adaptations Conan de Glénat pour moi. Strangers in Paradise - Intégrale T4 de Terry Moore Quel plaisir de retrouver nos deux héroïnes !! Malheureusement si ce Tome 4 de l'intégrale des SiP est encore volumineux, seules 200 pages sont réservées à la relance de son "Terryverse" (= il lie désormais tous ses personnages dans un seul et même univers). Le reste se divise en deux, où la première est un hommage de Terry Moore à Charly Shulz et ses Peanuts : il y dessine des petites aventures de nos héros façon "Snoopy et les Peanuts" en reprenant le trait de Shulz... et c'est super. Cela s'appelle : Sip Kids. Et la troisième partie de l'ouvrage se voit réservée aux croquis de l'auteur sur ses personnages fétiches avec les commentaires de celui-ci. Ca ne paraît pas grand chose, mais c'est riche d'enseignements. Carton rouge aux Editions Delcourt toutefois : cette troisième partie est cafie de fautes, coquilles, doublons de mots, oublis de mots... Incompréhensible !!! Un travail de cochon. Jessica Jones - L'enfant pourpre de Kelly Thompson Ma première semi-déception avec Kelly Thompson. Alors je sais très bien comment marche Marvel hein, jamais rien n'est fini ou acquis mais là avec ce tome, j'ai été barbé de revoir être remis en circuit une intrigue à base de l'Homme Pourpre. Je pensais en être débarrassé et avoir quelque chose de neuf, que cet arc narratif était derrière nous... beeen non. Dommage Captain Marvel - Rentrée atmosphérique de Kelly Thompson. Une bonne entrée en matière de Kelly Thompson avec ce personnage. Très agréable à lire, rien à redire. J'aime cette auteure et lui fait confiance pour la suite. A confirmer donc. Bon dimanche à vous les Loulou !
  4. Alors, étonnamment, mes résolutions/objectifs 2019 ont été plutôt bien tenus. Je vais continuer sur la même lancée en 2020 et apporter quelques ajustements de ci de là, et vais porter mon attention sur ce que je n'ai pas vraiment réussi à mettre en place sur 2019. Genre : me remettre à pratiquer Dust 1947, compléter ma collec' Heroscape, le pratiquer et monter des gigantesques champs de bataille, socler et peindre mes armées 10 mm... En somme des objectifs très ludico-ludiques
  5. Cette dernière quinzaine j'ai pas mal écouté ça : Je trouve vraiment que la réputation de cet album de Gainsbourg n'est pas galvaudée. Je le trouve fascinant et hyper immersif par ce qui fait justement son originalité : une narration de Gainsbourg (il ne chante pas dans cet album) qui vient mettre en arrière plan la brillante orchestration qui l'accompagne, et qui au final lui donne une place prépondérante. Cet équilibre est vraiment superbe. Au début on se dit que la narration ne viendra pas de l'orchestration, puisque la narration est clairement définie par Gainsbourg, puis un équilibre se met très vite en place pour que l'orchestration devienne elle-même narration voire même intrinsèquement liée à celle-ci et on est emportés... C'est magique. On se retrouve véritablement happé par la voix et l'histoire qui nous est narrée, un peu à la manière des vieux Anne Sylvestre (ou Marlène Jobert pour les "plus jeunes"), à ceci près, qu'ici, c'est bien une histoire d'adulte qui nous est contée hein. Serge Gainsbourg quoi ! C'est d'une étonnante modernité et c'est une oeuvre qui a été multi-samplée ; surtout les morceaux "Melody" et Cargo culte".
  6. @Barbi Si tu n'avais pas lu le Formica de Fabcaro parmi les 4 de cet auteur que tu nous avez montrés plus haut sur ce fil, lis celui-ci... Autant continuer sur cette lancée. En plus, cela te permettra de confirmer tout le bien que tu as pu penser de cette première lecture de cet auteur (si ce n'était justement Formica celui que t'avais choisi). Edrahil Maître ès conseil à deux sous 😎
  7. Allez ! 1 432 812 $ d'après le Pifomètre Institute.
  8. Edrahil

    Happy 2020

    Bonne et heureuse année 2020 à tous ! Que chacun se recentre sur ce qui lui semble essentiel en cette année à venir.
  9. Oui, un très bon petit jeu ce BROFORCE. J'ai toujours quelques réticences avec les jeux Switch type 2D, plateforme, façon "à l'ancienne". Ils ne me donnent pas envie de les pratiquer. Si c'est pour jouer en 2019 à des jeux NES que j'ai beaucoup joués dans les 90's, je ne vois pas l'intérêt... Je n'ai pas cette nostalgie vidéoludique. Mais ce petit Broforce a ce je-ne-sais-quoi qui m'a parlé et m'a plu. Peut-être le côté complètement neuneu assumé et les multi-références aux héros des action movies des 80's/90's... j'ai franchi le pas de l'achat. Un chouette petit jeu.
  10. J'ai fini Ça** de Stephen King, y a quinze jours, trois semaines. Voici ce que je pensais du premier tome : Cette lecture aura été une déception en définitive Tout ce que j'avais pu reprocher au premier tome je le reproche au second. Je loue la qualité de l'ouvrage malgré tout, je comprends que certains l'aient aimé... mais certainement en attendais-je plus ou tout au moins autre chose. Je l'ai trouvé trop long pour ce que ça m'a semblait être comme intrigue : cela vire parfois au prêchi-prêcha "le bien contre le mal" comme King a trop tendance à le faire dans ses romans et le pire, c'est que j'ai fini par être gonflé par les petits héros. Un comble ! Une lecture laborieuse et sans réel plaisir pour moi.
  11. C'est amusant ; ils sont sur ma liste d'achats prochaines pour les mêmes raisons que toi. L'humour déployé semble être calibré pour moi
  12. Un Joyeux Noël à tous les Overlordiens : les très présents, les moins présents, les invisibles... Bon 25 à vous ! Bises.
  13. Edrahil

    Bienvenue!

    Moi chuis loin (26)... mais bienvenue quand même
×
×
  • Create New...

Important Information

Our website uses cookies to guarantee you the best navigation. By continuing your visit, you confirm that you accept these cookies. Our Cookie Policy has other terms. Privacy Policy