Jump to content

Edrahil

Members
  • Content Count

    558
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

826 Excellent

My games

  • MB: Pantheon
    God Pledge
  • Conan
    Boite King
    Strech Goals
    Stygie
    Nordheim
    Khitai
    Arbalétriers
    Valkyrie Vanir
    Chasseurs de sorcières Kushites
    Les Hommes Noirs
    Baal-Pteor
    Les Dragons Noirs
    Pack de portes
    Tigre à dents de sabre
    Loups géants
    Démon de la Terre
    Pack aventure
    Dragon
    Yogah de Yag
    Xavier Colette Box
    Brom Box
    Paolo Parente Box
    Livre de Campagne

Recent Profile Visitors

898 profile views
  1. Les amateurs de comics que nous sommes sauront apprécier ((moi j'ai bien ri) même si ici il est question du MCU) :
  2. Je suis très heureux pour toi que tu es trouvé cette solution. Moi-même j'ai hâte de gagner en place et de mettre en valeur mes livres et mes jeux dans un nouveau chez moi. Je mesure parfaitement ton contentement pour le coup.
  3. @Barbi Pas encore de date. Et il se murmure que ce sont des acheteurs dans l'immobilier qui rachèteraient le bloc d'immeuble me laissant, dans un premier temps, comme je suis actuellement. Mais cela n'est pas rassurant et n'augure rien de bon de mon point de vue.
  4. J'ai appris y a peu que mes propriétaires aller vendre mon appartement. J'accuse le coup. Pas glop ! Je me dis que c'est l'élément déclencheur qui va me pousser à investir ailleurs. Mais ce qui me gonfle au-delà de tout depuis quelques temps, c'est qu'il y a toujours une visite de quelqu'un pour quelque chose : diagnostic amiante, diagnostique énergétique, visite machin chose, visite bidule trucmuche, visite de l'agent immobilier pour ceci, pour cela, des acheteurs... J'ai déjà l'impression de ne plus être chez moi et d'habiter un appartement témoin. Ca commence gentiment à me courir.
  5. Bienvenue dans le Dôme du Tonnerre !
  6. Comme j'ai pu déjà en parler sur le dernier Apéro BD, un retour plus rapide que de coutume concernant mes dernières lectures. Ce sont pour l'essentiel des suites de séries avec un tome qui en pousse un autre : Preacher T3 et 4 de G. Ennis et S. Dillon. Toujours aussi excellent. Je vais me chercher le T5 mardi prochain qui m'attend chez mon libraire. Hâte de continuer. We never learn T12 et 13. Je pouvais émettre un léger doute sur la continuité de l'intrigue de ce manga sur mes dernières lectures de celui-ci : je le trouvais toujours très bon mais je sentais poindre un aspect ronronnant au niveau de son histoire principale. Et bien c'est deux tomes viennent donner ce qu'il faut de différence pour redéfinir ce qu'est ce manga à l'orée de son quinzième tome (approchant) et ne pas placer son lecteur dans quelque chose de trop attendu. Une bonne chose. Captain Marvel T2 : La chute d'une étoile de K. Thompson. Du très bon pour moi qui adore ce que fait habituellement Kelly Thompson la scénariste. C'est toujours des histoires qui savent mêler problèmes personnels des héros et problèmes super-héroïques, le tout avec ce qui faut d'humour léger ancré dans des dialogues qui sont biens à lire. A la suite de l'avant-dernier Apéro BD, Barbi avait mis en avant des œuvres qui pouvait plaire tant au jeune public qu'aux adultes. C'était Percevan, Captain Biceps et Le Château des Etoiles. Un détour par la bibliothèque du neveu et quelques achats plus tard : Captain Biceps T1 et 2 de Zep et Tebo. Lu et adoré le détournement parodique de ce dans quoi nous "trempons" en permanence avec nos lectures de super-héros. C'est bourré de bonnes idées bien fendards. Approuvé ! Le Château des Etoiles T1 : La Conquête de l'Espace d'Alex Alice. Résumé éditeur : "1869. Au nom de Sa Majesté, la conquête des étoiles commence... Et si la conquête des étoiles avait un siècle d'avance ? 1868. À bord de son ballon de haute altitude, la mère de Séraphin disparaît mystérieusement à la frontière de l'espace. Un an plus tard, une lettre anonyme révèle que son carnet de bord a été retrouvé... Séraphin et son père, échappant de justesse à un enlèvement, suivent la piste du carnet jusque dans les contreforts des Alpes. C'est là, à l'ombre d'un château de conte de fées, que le roi Ludwig de Bavière a entrepris la construction d'un engin spatial de cuivre et de bois qui s'apprête à changer le cours de l'Histoire. Mêlant aventure à la Jules Verne, romantisme et humour, ce livre s'adresse aux rêveurs de toutes les générations et démontre, s'il le fallait, qu'il n'y a pas d'âge pour le merveilleux." J'ai été plutôt emballé par cette découverte très ancrée, il est vrai, Jules Verne, avec ce décalage science de l''époque, découverte et réalité historique. On est happé par l'histoire et l'aventure ; cela m'a beaucoup rappelé les dessin animés des eighties que l'on regardait, je ne sais pas trop pourquoi. Mais c'était très bien. Non relecture du post dans vos faces ! Chuis comme ça chuis un fou ! Edrahil.
  7. Monsieur est du cru 1980. Une très bonne année. Assurément. Edrahil dans le même tonneau.
  8. @William_Nuts En tout cas, merci pour la com' et les réponses que tu as su apporter. J'apprécie la clarté de la com' et le mail qui a été adressé aux participants de la précommande (dont j'ai pu faire parti) par Nuts ! Publishing. C'est carré et très pro j'ai trouvé. Merci à vous.
  9. @Barbi Sa tête me fait rire, on dirait le Bigfoot des Hendersen Te méprends pas hein (?) L'est top ton Encelade. Je suis bien incapable d'en faire autant.
  10. Perso, j'arrive juste du boulot. Et je découvre tout ça. Mais en définitive, tu te trompes pas trop, je s'rai là. Je trouve la fréquence mensuelle plutôt bien adaptée pour ma part. Cela permet de digérer les discussions, fouiner les recommandations/conseils, faire parfois des achats, puis lire... La cadence mensuelle laisse la liberté en même temps qu'elle rythme de façon rapprochée pile comme il faut.
  11. Ouais les Slaves c'est de l'énergie pure en musique ! Y a un peu plus de quinze jours j'ai découvert par hasard un collectif que je ne connaissais pas : Brass Against. Je m'en suis goinfré pendant quinze jours tellement j'en ai été enchanté, téléchargeant l'album. Dans la bagnole du bonheur pour aller au boulot. Brass Against c'est un groupe qui a hybridé l'esprit des Big Band avec leur section cuivres et leurs arrangements propres, avec des chansons typées rap/metal (pour faire rapido). Z'ont beaucoup repris les Rage Against the Machine et ont beaucoup collaboré avec une chanteuse : Sophia Urista. Je l'ai d'ailleurs découverte sur la reprise de Sabotage des Beastie Boys qui m'a fait arriver à Brassa Against. D'une diction impeccable, elle est bourrée d'énergie et assure vraiment rendant les prestations du groupe enthousiasmantes. L'énergie des morceaux joués, se conjugue à l'énergie de la chanteuse pour donner un dialogue instruments/voix formidable et vivifiant. Tant et si bien que l'énergie rock passe par les instruments jazz et ça donne un mélange détonant. Il suffit de voir l'enthousiasme qui se dégage des captations vidéo réalisées en studio des morceaux joués pour en être convaincu. Vous avez tout le loisir de vous laisser tenter par leur reprise de Killing in the Name des mêmes RATM. Pas forcément fan des reprises la plupart du temps, ici je dois bien dire que les prestations vocales de la chanteuse qui assure, et la légère démarcation de la reprise version jazz, apportent ce qu'il faut d'intérêt pour m'avoir charmé totalement.
  12. J'en rajoute après YoshiRyu. Y a eu des actus cet aprèm de la part de Nintendo. Pour ceux que ça intéresse, y a des nouvelles vidéos sur Youtube et de l'info commentée sur la toile à propos de ce Hyrule Warriors.
  13. Ultimate Spider-Man : La Mort de Spider-Man de Brian M. Bendis et Mark Bagley. Un bel Omnibus qui vient clore les 12 tomes d'Ultimate Spider-Man. Pour ma part, j'avais été frustré après la lecture du T12 de me dire que l'objectif "encyclopédique" des aventures de Peter Parker que poursuivait cette édition Ultimate, pouvait s'arrêter là. On a enfin la fin de cette saga version Ultimate et c'est heureux. L'édition et la couv' sont superbes je trouve. La couverture crépusculaire à souhait. Le dessin est top aussi. Si sur toute la série des Ultimate Spider-Man c'est Mark Bagley qui a officié, je dois reconnaitre que je ne suis pas forcément fan de son style paradoxalement ; ici, avec ce tome, s'il reprend la plume pour la dernière partie, ce sont David Lafuente et Sara Pichelli (et surtout Lafuente) qui est au dessin. Et j'ai trouvé ça top. Toutefois, j'apporte une nuance et redore le blason de Bagley dans mon esprit : sur ce tome le style de ce dernier a changé, et est plus fin -j'ai trouvé-, correspondant plus à un style que j'apprécie. Au niveau de l'histoire, nous sommes placés dans la continuité de la saga : et plus particulièrement sur ce dernier tome, on laisse vivre Peter Parker dans ce soap adolescent qui peut caractériser la série. Pour le coup, c'est hyper plaisant et distrayant. On y ressent bien tout le poids des aventures passées de Parker à la manière du sillage d'un bateau. A la façon d'un héritage. Et c'est peut-être là où on peut se faire avoir. Le plaisir de lecture est au rendez-vous, c'est je le redis très plaisant et distrayant, et à un moment on se rappelle ce vers quoi cet ouvrage nous achemine : une fin tragique. Cet aspect a renforcé mon plaisir et le souvenir que je garde de cet Ultimate le plaçant peut-être comme étant mon préféré de cette saga. C'est dire combien je l'ai apprécié et combien je suis content que cette fin existe rendant une unité narrative logique à ces 13 tomes.
  14. Edrahil

    LEGO

    Ha ! Le X-Wing j'adore !
  15. Danger Girl : Tric-traque à Shangaï. Suite de ma lecture de cette série d'aventure très girly à mi-chemin entre Charlie's Angels, James Bond et Indiana Jones. Dans le genre, c'est toujours très plaisant à lire ; le seul regret c'est peut-être au niveau du dessin pas toujours plaisant, lui, je trouve. Le tome suivant voit un nouveau dessinateur en collaboration, -à voir donc. Tango T2 : Sable Rouge. Notre baroudeur Tango vogue vers des cieux nouveaux pensant trouver la paix avec son nouveau comparse d'aventure Mario après l'introduction que représentait le tome 1. Accostant sur l'île où vit son grand-père pour lui rendre visite, il découvre bien vite qu'un cartel de drogue tente de faire main basse sur cette île pour en faire un port clandestin où transitera de la drogue à l'abris des regards des autorités. Mais c'est mal connaître notre héros redresseur de torts. Cette histoire nous démontre qu'assurément, Tango est cash dans la direction qu'il impulse à sa vie. Une bien bonne série, pas forcément follement originale mais menée avec métier et savoir faire. Chaque tome est une nouvelle découverte. Contro Natura de Mirka Andolfo. Au dernier apéro BD était abordé les ouvrages "anthropomorphiques". Contro Natura m'attendait déjà gentiment dans la pile des livres à lire et je n'avais pas pu émettre un quelconque avis sur ce dernier. Il fera parti dans mon esprit de ces bouquins qui nous charme par surprise où l'on se dit qu'on est content qu'il nous soit passé par les mains et les yeux un peu par hasard. Ce roman graphique très beau au demeurant dans son dessin nous raconte ceci : "Dans un monde peuplé d'animaux anthropomorphes, la loi n'admet que l'union d'individus de même race. Les transgresseurs sont sanctionnés et emprisonnés, accusés d'être « Contre nature ». Leslie, elle, est un cochon simple qui aime les sushis et la musique, forcée de faire un travail qu'elle déteste pour survivre. Cette jeune femme de vingt-cinq ans vit avec Trish, sa meilleure amie, rêvant, comme tous les gens de leur âge, d'une vie différente. Mais les rêves peuvent être dangereux, surtout lorsque c'est un loup inquiétant qui les peuple et que, au réveil, Leslie commence à se sentir observée..." Le début rappelle les récits orwellien ou encore Carpenter par son traitement "complotiste" et totalitaire. La société qui nous est dépeinte dans ce roman graphique est fascinante par ce qu'elle sous-tend comme critiques de notre monde (bien réel celui-là). La charge portée par l'auteur est très joliment menée ; elle démontre s'il en était besoin que ce qui compte dans une famille/relation, ce sont les sentiments et peu importe qu'ils soient de la même espèce ou inter-espèce. C'est plein de petites référence qu'elles soient graphiques ou autres, ce qui rend la lecture très dynamique et plaisante. Precevan T1 : Les Trois Etoile d'Ingaar de Jean Léturgie et Philippe Luguy. De la la bonne vieille BD franco-belge sans esbrouffe, mais très efficace dans la tenue de son récit heroic fantasy qui peut plaire autant aux enfants qu'aux adultes. C'est très linéaire et bourré d'action, avec ce charme indescriptible des BD de cette époque. Comme Gon et Barbi je recommande. Faut que j'empreinte la suite au neveu maintenant.
×
×
  • Create New...

Important Information

Our website uses cookies to guarantee you the best navigation. By continuing your visit, you confirm that you accept these cookies. Our Cookie Policy has other terms. Privacy Policy