Jump to content

razorspoon

Members
  • Content Count

    1,322
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

1,177 Excellent

About razorspoon

  • Birthday 09/20/1976

My games

  • MB: Pantheon
    God Pledge
    Bundle Titan
  • Conan
    Boite King
    Strech Goals
    Stygie
    Nordheim
    Khitai
    Valkyrie Vanir
    Chasseurs de sorcières Kushites
    Les Dragons Noirs
    Tigre à dents de sabre
    Démon de la Terre
    Xavier Colette Box
    Brom Box
    Paolo Parente Box
    Livre de Campagne
    Livre de Set

Recent Profile Visitors

1,988 profile views
  1. Il est où mon warlock, il est où? ah ben il est là:
  2. ta carnation est belle. le "surlignage reste propre. belle maîtrise du pinceau!
  3. Point sur mes projet. Voilà six mois d'écoulés. Mon sarter MBP est bel et bien terminé. "check". Khitai en phase à plats. Je me tourne vers Kill Team, moins honéreux en peinture qu'une compagnie complète de 40k, mais qui fera un bon starter pour la suite. Quelques one shote de terminé. "check". Et un présentoir plein d'elfes (Raging Heroes m'a finalement réconcilé avec cette race de prétentieux...) Bon , c'est pas si mal. je refais le point en décembre.
  4. Le vernis, en mat, ça écrase souvent le travail de contraste. Je suis adepte du satiné pour les petite tailles. pour les plus grande, je passe des couche de l'un ou de l'autre suivant le résultat souhaité pour la texture (mat pour les tissus, la peau,... satiné pour les cuir, les métaux,... brillant pour les yeux, la bave, les éléments liquide ou simplement l'effet de sueur). Finalement le vernissage, c'est comme pour le reste: il faut tester et trouver avec lequel on est le plu à l'aise.
  5. Avec un peu de recul maintenant, c'est pas si mal le contrast. personnellement, ça ne révolutionne rien, mais c'est une autre façon de peindre. Je vais peut être en acheter un ou deux (comme d'hab' avec citadel, je reste principalement sur les gammes d'art). Pas de peinture métallique, mais on peut obtenir plein d'effets cool sur une base métal (du clair, soit les teintes argent PA ou SC). Seul point d'arrêt, elles sont inutiles pour les peintres adepte de la base sombre. A mon avis, d'autre fabricants de peintures ne vont pas tarder à produire leurs propres "contrast" (suivez mon regard vers army painter)
  6. Return to basics, cet été. A la maison ça joue Munchkin, Elixir et Fantasy.
  7. original ton traitement avec ombre zénithale. 👍
  8. La mienne, peinte, il y a .....des lustres. J'adore la chute de reins. 😍
  9. Histoire de Peluches est un jeu coopératif et narratif de Jerry Hawthorne pour 1 à 4 joueurs. La boite de jeu est aux standards actuels en carton épais, l’illustration de la couverture présente en u clin d’œil les personnages principaux et l’univers du Jeu. Une fois le couvercle enlevé on y trouve le matériel habituel d’un jeu de plateau : livret de règles, paquet de cartes, planche de jeton à dépuncher, blague de dés multicolores, sachet de figurines et… pas de plateau de jeu. Pas de plateau ? Comment ça ? En fait, il y a aussi dans la boite un gros livret cartonné relié par un ressort, dont la couverture reprends le visuel de la boite, et qui n’est pas sans rappeler les livres d’éveil de mon enfance. Ce livre servira de livre de scénario, de plateau et de fil narratif aux parties. Le matériel est de bonne qualité. Je n’ai rien déchiré en préparant les jetons. Les figurines sont moulées en plastic rigide gris. La sculpture est correcte, très ronde et en accord avec l’univers de l’enfance. A mon avis idéales à peindre avec les nouvelles peintures contrast citadel. Elles représentent les 6 petits héros et leurs opposants cauchemardesques (une douzaine de grunts et 5 boss). Un parcours rapide des règles, claires, permet d’appréhender la mécanique du jeu. Le découpage en phases reste classique, l’originalité peut résider dans la gestion des actions, qui sont effectuées en fonctions de la couleur des dés tirés au hasard en début de tour. Chaque personnage dispose d’une affinité particulière avec un type d’action (combat, défense, agilité, chance,…), ce qui permet répartir des rôles pour résoudre les énigmes du jeu. Une pile de cartes événements gère l’avancement de la parti. Le livret de règle reste générique, toutes les règles spéciales étant précisées dans les pages du livre de jeu. D’ailleurs revenons en détail sur ce livre. Il se découpe en 4 campagnes, présentant la lutte de nos petits doudous contre le croque mitaine de coin et ses sbires, pour sauveur l’enfant à qui ils appartiennent. Au programme voyage dans la contrée des cauchemars, exploration de la maison la nuit et bien rencontres et rebondissements inattendus. Des heures d’aventures en perspective ! Au début de chaque partie, un texte narratif, lu par le conteur (le premier joueur en fait), présente le contexte, la page suivante représente le plateau de jeu et le règles spéciale de la partie en cours. Le jeu est vraiment très narratif et demande une véritable coopération des joueurs. Comme pour Mice and Mystics, l’histoire prime sur le reste. A tel point que je me pose la question de la rejouabilité, point faible pour ce type de jeu (comme pour Mice and Mystics, justement ou Time stories). Contrairement à ce que l’on pourrait penser à première vu, ce jeu ne s’adresse pas du tout au plus jeune, car plutôt sombre dans son ambiance. Je n’ai testé que les deux premiers épisode pour roder la mécanique du jeu, et personnellement l’expérience en vaut la peine.
  10. Pour moi, c'est non. Sauf si la figurine qui subit l'attaque à la compétence qui permet de contre attaquer avant l'attaque.
  11. Mais très esthétique! Bravo!
  12. Du vernis en bombe? Sinon pour ce type de réalisation, je vernis d'abord et je pose le flocage (la ouate) ensuite.
  13. C'est un indice sur le prochain KS?
  14. Grand débat, la perception du blanc (et du noir, d'ailleurs)...
×
×
  • Create New...

Important Information

Our website uses cookies to guarantee you the best navigation. By continuing your visit, you confirm that you accept these cookies. Our Cookie Policy has other terms. Privacy Policy