Bandes-dessinées / Comics / Manga - Page 64 - Natter - The Overlord Jump to content

Bandes-dessinées / Comics / Manga


Recommended Posts

  • Replies 1.7k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Je t'avoue que j'ai beaucoup pensé à Hellboy aussi. J'adore le Pulp en général. Mais c'est vrai qu'en ce moment je lis essentiellement du Batman. La Cours des Hiboux reste mon arc favori, mais en vint

J’ai oublié de vous montrer un cadeau de Noël/anniversaire qui se prête bien au public de ce forum... (les 27 premiers tomes Eaglemoss)    

Bon bah j'ai tout enregistré et regardé mes stats: c'est bon, je suis passé au dessus des 11 000, merci a tous ! Depuis 10 ans, a partir du moment ou j'ai ralenti a cause du temps et du budget pr

Posted Images

Nous avons certainement parlé de Gigant quelque part, mais j'ai remonté une vingtaine de page en arrière sans rien trouver, donc, profitant de la promo estivale de l'éditeur (Kioon, aussi sur le coup avec Boku No Hero Academia) pour me lancer dans le truc.

 

gigant.thumb.JPG.9751a6bec8ca4abef9bbd6993896dac8.JPG

 

Alors, je n'avais pas lu Gantz, et juste parcouru Inuyashiki, mais je connais relativement bien l'emprunte graphique de Oku Hiroka, ainsi que son amour pour les trucs complétement barrés.

Alors, pour ceux qui ont lu  les deux œuvres précédentes, je pense qu'ils ne seront pas dépaysés: wtf à tout les étages, c'est adulte (limite hentai par moment), le dessin est chiadé au possible (particulièrement sur les -nombreuses- illustration en double page), et oui, là encore on va basculer dans les enjeux over the top!

 

L'histoire est centré sur la relation entre Rei, un ado rêveur qui se verrait bien nouveau Spielberg, et son idole -et accessoirement pornstar- Chiho.

tout bascule le jour où la belle se fait "patcher" un système d'agrandissement (en mode GiantMan/AntMan) par un type en sous vêtement qui venait de se faire renverser par une voiture et auquel elle tentait de porter secours. 

Et là tout part en vrille: un site internet prophétise des catastrophes bibliques, selon le vote de ses participants, et Chiho, devenue super héroïne malgré elle, semble être le seul rempart -mais totalement inexpérimenté- face à la fin du monde. Ajoutons à cela une équipe de super héros en sous vêtements venus du futur, et, oui, c'est un joyeux bordel.

 

Plus que l'histoire elle même -totalement barrés et décomplexée- c'est l'aspect critique et la mise en abîme qui saute aux yeux (l'auteur va même jusqu'à inclure dans les cases des références à ces mangas antérieur et à placer l'histoire dans le quotidien -Trump est président des USA-). Citrique du consumérisme, des phénomènes de masse, du sacrosaint internet et de ses réseaux sociaux. 

Les personnages principaux gagnent rapidement en épaisseur et sont singulièrement attachants (Rei est un peu l'ado que nous avons tous été et Chiho, la nana qu'on aurait aimé rencontrer). Ma seule vrai critique, serait de trouver que Chiho se retrouve trop facilement dans le plus simple appareil, mais là encore, n'y a t il pas une critique de l'emprise du porno dans nos vies?

 

Une série à réserver aux adultes, mais qui promet déjà, dès le tome 5 une fin plus qu'apocalyptique, et au sujet, finalement plus complexe que ce que l'emballage laisse penser.

 

 

 

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

GE-Good Ending - Tome 9   GE-Good Ending - Tome 10   GE-Good Ending - Tome 11   GE-Good Ending - Tome 12   Good Ending T9/10/11/12.

 

Quatre tomes de plus lus et avant dernière étape pour moi avant d’atteindre le tome 16 (dernier de la série et je les lis par 4). Par le biais des petites postfaces et autres anecdotes disséminées par l’auteur dans le manga, j’ai compris pourquoi les personnages nous apparaissent comme des velléitaires agaçants : la mangaka semble vouloir rendre compte d’un maximum de situations sentimentales comme autant de reflets possibles de situations rencontrées par les ados et jeunes adultes. Ce qui explique l’aspect parfois gnangnan et indécis de tout ce petit monde.
Ces quatre tomes sont dans la lignée des précédents, mais je dois dire y avoir trouvé un intérêt différent par rapport à ce que je venais de lire jusqu'alors. La prise en compte de la démarche de la mangaka ou tout simplement l’habitude de l'univers du manga y sont peut-être pour quelque chose (?)

 

Retour de flammes - Tome 01: Premier rendez-vous   Retour de flammes - T1 : Premier rendez-vous de L. Galandon/A. Grande.   Retour de flammes - Tome 02: Dernière séance Retour de flammmes - T2 : Dernière séance.

 

En voilà un auteur qui sait concocter des histoires et ambiances policières dignes d’intérêt. 
Résumé éditeur du premier tome : “Paris, sous l’Occupation, septembre 1941. Un incendie dans le cinéma Le Concordia détruit la pellicule d’un film de propagande nazi. Chargé de résoudre l’affaire, le commissaire français Engelbert Lange découvre sur les lieux qu’il est surveillé par la Gestapo. Car c’est la deuxième fois qu’un acte similaire est perpétré dans la capitale, les autorités allemandes prennent donc la chose très au sérieux : la piste terroriste est privilégiée. Son enquête va conduire Lange dans le monde du 7e Art. Il va découvrir l’intensité créatrice et le vent de liberté qui subsistent dans un Paris sous tension. Mais entre la pression de ses supérieurs et celle de l’occupant, il va surtout devoir rendre des comptes... et voir resurgir de vieux démons.
À travers ce polar historique bien ficelé et dessiné par la prometteuse Alicia Grande, Laurent Galandon nous fait arpenter les rues d’un Paris occupé où le cinéma peut aussi bien servir à contester le pouvoir qu’à le maintenir. Une enquête en deux volumes.

Premier point qui me plait : une série complète en deux tomes -seulement- c’est vraiment top ! Laurent Galandon (le même auteur que A True Story sorti récemment) a concocté une histoire où l’ambiance, le cadre et l’histoire sont faites pour nous plonger dans ce Paris de l’Occupation qui à bien des égards est fascinant dans ses mœurs, ses double-jeux, ses faux-semblants (...) ; le simple fait d’avoir un cadre historique réel change grandement des univers empreints d’imaginaires que l’on peut parcourir habituellement. C’est sacrément bien troussé ! Et je recommande chaudement ce Retour de flammes.

 

Lady Kildare T01   Lady Kildare T1 de B. Haberlin/B. Holguin/J. Anacleto.

 

Embêté je suis avec ce Lady Kildare. La lecture du quatrième de couv’ m’avait bien branché, [Imaginez un monde où les fées, les elfes, les démons et les magiciens existent vraiment. Ayant quitté les sous-bois de Faerie, ils se sont installés à New-York et mènent grand train dans les fêtes nocturnes qui animent la métropole, où la belle Lady Kildare - surnommée Aria - rayonne de mille feux. Un vrai conte de fée ?... Pas certain... C'est même l'horreur au pays des fées !], et finalement, après lecture, je ne sais pas quoi en penser.
J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dedans et à me passionner pour l’histoire. Histoire que j’ai trouvée confuse, elliptique parfois, la linéarité de l'histoire est fastidieuse au possible (...) et tout participe justement à cette confusion générale. J’ai eu du mal à saisir l’intrigue et l’enjeu de l’histoire me donnant l’impression de lire un bonus, une annexe, une postface (et finalement je ne sais pas trop comment le définir), plutôt qu’une histoire 100% déployée et maîtrisée. Y a quelque chose de brouillon et foutraque dans les ingrédients de l’ensemble. Vraiment je reste indécis. Et peut-être même déçu surtout...

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

J’avais envie de relire Watchmen, £7 d’occasion, sinon on va repartir dans l’ordre pour Starman et swamp thing, c’est vraiment bien!

 

j’ai lu les 13 premiers épisodes de Lucifer (Carey), j’ai retrouvé ce que j’aimais dans Hellblazer et donc commandé la suite 

 

28BCD1C5-EC99-4136-86B1-E685D6B09231.jpeg

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

J'espère pouvoir être avec vous pas trop en retard. Grosse, grosse, très grosse semaine au boulot en perspective. Si toutefois j'échoue ma mission d'arriver à l'heure, vous nierez avoir connaissance de mes agissements ;)

 

Sinon j'ai très envie de vous parler de HEXED - Edition intégrale.

 

Bon début de semaine à vous. 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Petit fil conducteur de l'apéro du jour. Pour les intervenants, n'hésitez pas à compléter !

 

Avec par ordre d'apparition :

 

Alan Moore présente Swamp Thing (comics) : une leçon d'écriture par Alan Moore, qui recycle avec virtuose un personnage mineur de DC pour en faire une grande oeuvre de BD. Le travail qui le dit connaître aux US et qui lança la collection Vertigo

 

Les Amants d'Hérouville - Une histoire vraie (BD) : la biographe de Michel Magne, compositeur de musiques pour le cinéma français, et la création de son studio d'enregistrement dans un château où passèrent les Pink Floyd, David Bowie and co...

 

Demon Slayer (manga) : Koyoharu Gotōge. L'histoire suit le périple de Kamado Tanjirō qui cherche un moyen de rendre à nouveau humaine sa petite sœur Nezuko après sa transformation en démon. Gos succès au Japon en 2019-2020. Un passage un peu décevant, mais très sympa dans l'ensemble

 

Hexed (comics) : série pleine d'action, un peu dans l'esprit de Danger Girls. Une Emma Rios décevante sur les premiers épisodes, remplacée avec brio par Dan Mora (Once & Future)

 

Lucifer (comics) : excellente série de Carey, Gross et Ormston. Carey pose ses petits cailloux et construit une épopée fantastique à la croisée de multiples panthéons. Il retravaillera ensuite avec Peter Gross sur The Unwritten, série que je recommande chaudement

 

Batman Créature de la Nuit  (comics) est collégialement approuvé, Pulp aussi. L'occasion de parler aussi de Reckless, la nouvelle série de romans graphiques de Brubaker et Phillips, toujours réalisé avec brio : des albums autonomes, sortis à leur cadence, où l'on suit un ex-agent du FBI reconverti en privé (si l'envie lui dit).

 

One Piece (manga), tome 98, ça continue

 

La Montagne magique (manga), par l'auteur de Quartier Lointain, Trouble is my Business et l'Homme qui marche (moins bon)

 

Paper Girls (comics) de Brian K. Vaughan et Cliff Chiang : craque complet de @Edrahil mais nous sommes tous confiants que c'est bon (normal c'est du Vaughan). L'occasion de redire du bien de The Escapists et Ex Machina (par le dessinateur de Starman)

 

Et pour terminer un Dragon Ball et un débat : faut-il continuer sur DBZ ? Et DB Super ?

Edited by madcollector
  • Thanks 3
Link to post
Share on other sites

Ca faisait un p'tit moment que je n'étais pas passé faire comme à mon habitude un retour de mes lectures. Aujourd'hui ce sera chose faite.

 

Sexy Cosplay Doll - Tome 4   Sexy Cosplay Doll - Tome 5   Sexy Cosplay Doll T4 et 5.

 

J’aime vraiment beaucoup ce manga et le rapport qui s’établit entre les deux personnages principaux : le timide et renfermé héros qui s’éveille à la vie grâce à une relation inattendue et la délurée et populaire héroïne qui se rapproche du premier. C’est pas nouveau comme situation pourtant je lui trouve un je-ne-sais-quoi d’inédit dans le ton et l’ambiance qu’il dégage à la lecture. 
Pour rappel c’est l’histoire d’un jeune garçon renfermé qui se passionne pour la conception de poupée traditionnelle japonaise et qui par un heureux concours de circonstance se retrouve à se rapprocher d’une jeune fille qui lui demande de concevoir ses costumes cosplay. Au début simple relation de partenariat, cette dernière évolue vers une relation plus profonde qui laisse entrevoir des sentiments plus “profonds” et bien sûr, des non-dits. C’est vraiment pas neuf comme histoire mais elle est joliment mise en musique je trouve. D’où mon grand intérêt. D’aucun reproche à la série l’aspect “femme objet” de la jeune héroïne ; on retrouve souvent du fan service via les séances d’essayage, prises de mensurations ou autres, mais finalement pour moi, je trouve plutôt que l’auteur se tire bien de cette situation pour réussir à nous présenter une jeune femme naturellement impudique, légère, frivole et nature, ce qui accroît par la suite la force de son trouble à l’égard du jeune homme timide et renfermé. Je vous rassure, en vous disant cela, je ne dévoile rien de l’histoire. Vivement la suite.

 

Fire Power T01   Fire Power T02   Fire Power T1 et 2 de R. Kirkman/C. Samnee.

 

C’est typiquement le genre d’histoire où se vérifie l’adage “qu'il n’y a pas de mauvaise histoire, il n'y a que des mauvaises façons de les raconter”. Avec Fire Power, en lisant le résumé je me disais que ça sentait le nawak un peu indigeste (selon mon point de vue), mais en faisant confiance aux gens de bon goût qui fréquentent ce forum, j'ai pris les deux premiers tomes. Et bien c’est hyper distrayant, bien foutu et top comme histoire. C’est du récit d’aventure pur jus qui te happe de bout en bout et tu te laisses porter par l’histoire. Bien cool.

 

Mauvaises mines   Mauvaises Mines de Jonathan Munoz.

 

Elles sont rares mais ça arrive : une semi-déception pour moi avec ce Mauvaises mines.
Résumé éditeur : “Le directeur des éditions Couicoui devrait être content : le nouvel album des aventures de Pin-Pin le petit lapin, fleuron de son catalogue jeunesse, se vend comme des petits pains. Problème, celui-ci n’a visiblement pas été relu... Certaines de ses répliques semblent être destinées à un public plus adulte. Beaucoup plus adulte. Pour éviter le scandale éditorial du siècle, notre éditeur et son assistant vont devoir se mettre en quête des exemplaires imprimés pour les faire disparaître définitivement. Sauf que pendant ce temps, l’auteur, lui, travaille déjà sur son prochain ouvrage. Et il compte bien aller encore plus loin...
A mi-chemin entre un Fabcaro et Les idées Noires de Franquin, une lecture sympatoche mais qui n’a pas l’impact humoristique espéré pour moi.

 

Sara   Sara (histoire complète) de G. Ennis/S. Epting.

 

Au dernier Apéro nous parlions du style Brubaker et de la redondance de ses personnages principaux : des âmes damnées où l’espoir est ténu, le bonheur interdit et qui trimballent des fêlures et casseroles qui plombent nécessairement leur destin.
Avec Sara, j’ai vraiment eu l’impression que Garth Ennis faisait avec cette histoire du Brubaker. Steve Epting au dessin a certainement renforcé cet effet dans mon esprit. Tout est en place pour rappeler le style Brubaker : Sara est un personnage qui ne déparerait pas dans le panthéon Brubaker/Philips, la narration rappelle aussi Brub’ : encarts narratifs nombreux, pensées du personnage, récit intimiste désenchanté… On sait, on sent dès le début qu’on ne s’achemine pas vers une fin heureuse.
Pour info, Sara c’est ça : “Nous sommes en Russie pendant l'interminable hiver 1942, et nous suivons le sniper soviétique Sara, tandis qu'elle résiste aux envahisseurs nazis avec ses camarades. Les femmes du campement sont isolées dans un baraquement à part et l'unité repousse vaillamment l'ennemi, mais pour combien de temps ? Une histoire complète inspirée d'une histoire vraie.
C’est pas une lecture “ouah trop bien !” mais ça reste une très bonne lecture à faire. C’est passer assurément un bon moment.

 

Sentient   Sentient (histoire complète) de J. Lemire/G. Walta.

 

Résumé éditeur : “Dans un lointain futur, l'équipage de l'USS Montgomery, en route pour une colonie très éloignée, est victime d'un carnage orchestré par une terroriste qui tue tous les adultes présents sur le vaisseau. Quelques enfants survivent, abandonnés à eux-mêmes dans l'espace infini. Se noue une relation particulière avec Val, l'Intelligence Artificielle du vaisseau, qui va les aider à rester vivants.
Tout est dit avec ce résumé. Une histoire simple mais élégamment troussée dans son déroulé qui tient son lecteur en haleine. Rien de neuf dans cette histoire d’errance spatiale mais encore une fois, c’est bien mis en musique et il plane tout au long du récit une interrogation vis-à-vis de l’IA Valérie et de la relation qu’elle entretient avec les enfants, sa mission originelle et sa propre subsistance (pour ne pas employer le terme de survie). J’ai vraiment beaucoup aimé.

 

Hexed Omnibus   HEXED - Intégrale de M. A. Nelson/E. Rios/D. Mora.

 

Si Danger-Girl met en scène un groupe de filles baroudeuses, aventurières et têtes brûlées dans des histoires qui tiennent autant du récit d’aventure que d’espionnage, ici avec Hexed on en a son pendant ésotérique ; l’esprit en est très proche, à ceci près que les intrigues tourne autour de cambriolage, infiltration et autres vols d'artefacts magiques. 
Résumé : “On dit que les voleurs n’ont pas d’honneur... Alors imaginez ceux qui travaillent pour le monde occulte ! Luci Jennifer Ignacio Das Neves – « Lucifer » pour faire plus court – est une as de la voltige et une voleuse professionnelle d’artefacts magiques. Mais le jour où elle accepte le job de trop, elle déclenche accidentellement un mal ancien susceptible de mettre l’humanité en péril. Et, cette fois-ci, ses petits tours de passe-passe risquent de ne pas suffire pour la sortir d’affaire…
Franchement ça dépote bien : c’est frais, mouvementé, bien dialogué, les personnages bien croqués et caractérisés et l’histoire m’a captivé.
Le seul bémol est que les quatre premiers épisodes sont graphiquement en-dessous des autres ¾ de l’ouvrage ; la faute à un dessin très bof d’Emma Rios qui souffre en plus de la comparaison avec le formidable travail de Dan Mora qui assure vraiment sur la suite. Pour moi Hexed est vraiment un coup de cœur tellement j’y ai pris un grand plaisir de lecture.
@martus : jette un œil à ce Hexed si t’as l’occasion, je tire de toi la découverte de la série Danger-Girl et Hexed m’a furieusement fait penser à l’esprit DG. En plus cette édition intégrale est très belle : avoir tout en un volume c’est top.  Et le dessin de Dan Mora vaut bien celui J.S. Campbell.

 

Yawara - Tome 4   Yawara ! T4 de N. Urasawa.

 

Qu’il est agréable de retrouver Yawara régulièrement. C’est l’avantage des “vieilles” séries avec un gros fond qui peut être traduit à la chaîne et publié. Avec ce T4, les choses évoluent tranquillou, le grand-père de Yawara devient vraiment détestable au fil des tomes malgré son traitement comique pour alléger son comportement plus que limite, et Yawara toujours aussi gentille et naïve ouvre les yeux sur une personne de son entourage. Que du bon en perspective.
Vivement la parution du T5 annoncé début juillet.

 

GE-Good Ending - Tome 13   GE-Good Ending - Tome 14   Good Ending T13 et 14.

 

Bizarrerie que ce Good Ending. Je l’aurais suivi avec plaisir sans passion. Pourtant, plus on approche de la fin, plus je dois reconnaître que mon intérêt s’accroît. Certains persos m’apparaissent toujours aussi insupportables et insipides mais c’est compensé par tout le reste .A deux tomes de la fin de la série on est généralement bien dedans de toute façon.

 

Paper Girls - Tome 1   Paper Girls - Tome 2   Paper Girls - Tome 3   Paper Girls T1/2/3 de B. K. Vaughan/C. Chiang.

 

Selon l’ordonnance délivrée par le bon vieux Docteur Barbi :”lisez Paper Girls c’est bien. Et surtout prenez le temps de digérer les différentes lignes temporelles de l’histoire”, j’ai commencé ce week-end l’intégrale des Paper Girls avec les premiers tomes.
Afin de savoir de quoi on parle je mets le résumé éditeur : “Au lendemain de la célèbre fête d'Halloween, la petite ville de Stony Stream, Ohio, s'éveille. C'est du moins le cas de Mac, KJ, Tiffany et Erin, quatre jeunes livreuses de journaux. La routine des tournées matinales est enclenchée, jusqu'au moment où leur itinéraire croise celui d'un groupe d'étranges individus encapuchonnés, violents et au langage inconnu ; et d'une mystérieuse machine dont tout semble indiquer qu'elle ne viendrait pas de la Terre... Une découverte qui pourrait bien changer leur vie à jamais.”
Qu’est-ce que c’est bien !!! Et à ce stade je n’ai lu que les 3 premiers tomes. C’est typiquement le genre d’histoire et de personnages calibrés pour moi. Outre l’histoire SF qui est très prenante et maîtrisée, Brian K. Vaughan n’oublie surtout pas de rendre vivantes ses jeunes héroïnes : on ressent les caractères de chacune, les interactions font mouches et des détails intimes sur ces dernières disséminés ça et là par l’auteur et renforcés par le dessin de Cliff Chiang, accentuent l’attachement que nous avons pour elles.
Paper Girls c’est certes une sorte d’hommage aux eighties puisque tout en est imprégné mais c’est aussi un soupçon de Quatrième Dimension, Sliders, Code Quantum, Retour vers le Futur, The Goonies… C’est plein de choses mais c’est pourtant unique. C’est le genre de comics où on se dit rapidement que c’est bon et ça sonne juste. Bref je suis enchanté de poursuivre et de m'être pris l’intégrale des 6 tomes.

 

Bon dimanche à vous tous.

Edited by Edrahil
Quelques fôtes corrigées :)
  • Like 2
  • Thanks 3
Link to post
Share on other sites

Merci Edrahil pour ces avis et cette recommandation

J'avais repéré Hexed et me disais qu'à l’occasion, je devrais tester et donc  je vais suivre ton conseil.

Good Ending, j'ai lu la série, je dirais que c'est du vu et du revu  (le "heros" flashe sur une fille  et  se lie d'amitié avec une de ses amies pour s'en rapprocher mais au fil de l'aventure découvre  la personnalité de l'amie  et en tombe amoureux alors que la première fille sur laquelle il a flashé veut lui dévoiler ses sentiments...), bref rien de neuf mais j'ai bien aimé le dessin et effectivement malgré les situations invraisemblables (toutes ces bombes prêtent à se donner à lui), on veut  connaitre la fin de l'histoire. Donc pas la série du siècle mais pas désagréable non plus (mes souvenirs de la série ne sont peut être pas exacts, je l'ai lu  il y a un petit moment).

Pour mes dernières découvertes, j'ai ça :

RUMBLE de john ARCUDI et james HARREN

9782344014431-001-T.jpeg.b85ab7e267d3ee36886f60ea2ea68b7a.jpegJe vous mets le résumé de l'éditeur :

Prêts pour le grand carnage ?

Ok, par où commencer ? C’est l’histoire d’un épouvantail qui rentre dans un bar... et qui plonge une ville américaine moderne dans un conflit mythique et plurimillénaire ! Après une longue absence, Rathraq est de retour – et il n’est pas content du tout. Mauvaise nouvelle pour ses vieux ennemis, certes, mais pire encore pour tous les autres ! Car le dieu-guerrier épouvantail n’a pas l’habitude de faire dans la dentelle...

Entre humour et horreur, John Arcudi (B.R.P.D., The Mask) et James Harren (Conan The Barbarian) nous livrent un cocktail jouissif d’action et d’aventure où se côtoient dans les bars miteux chatons morts-vivants, skinheads psychotiques et autres momies géantes. Rumble, c’est Preacher qui rencontrerait Hellboy dans les rues de Sin City... bref, le comics dans toute sa splendeur !

Très sympa et  pour moi, le dessin compte  beaucoup pour que j'accroche, et  j'ai bien accroché !!!

 

 

 

 

Une autre découverte c'est ça ARISTOPHANIA de Dorison et Parnotte

C'est la couverture (q8113UeeUSXL.thumb.jpg.5c357018f83fd797f80939548df08714.jpgue je trouve très jolie) qui m'a attiré l'oeil et  je ne l'ai pas regretté, a voir comment ça évolue).

Marseille, 1900. Clément est un ouvrier apprécié de tous. Un homme juste et droit, père de famille, mais dont la vie semble receler d'étranges secrets. Sa mort sera aussi brutale que mystérieuse.

Gennevilliers, 1909. Les trois enfants de Clément ont grandi. Livrés à eux-mêmes, privés de leur mère qui croupit en prison, ils n'ont que la faim et la violence comme horizon. Un jour, une femme âgée prend contact avec eux. Elle se dit comtesse et prétend avoir connu leur père. Elle est à la fois étrange et rassurante, excentrique et attachante. Elle s'appelle Aristophania Bolt.

 

C'est marrant, j'ai remarqué que par hasard j'ai lu  beaucoup de bd de Dorsison sans faire gaffe ( les modes de thorgal Kriss de Valnor, Red Skin, le château des animaux) et qu'une série que j'ai mis sur ma liste à liste ( Undertaker ), c'est encore lui au scenar)

Edited by martus
  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Comme d'hab on  est totalement en phase :

 

- Firepower : sur le papier ça ne devrait pas marcher, mais en fait si. Grace à Samnee, je pense, qui depuis Daredevil et Black Window montre qu'on peut afficher une ligne quasi Franco-Belge avec sur un écran iMax.

Seul bémol : je commence à me mélanger dans les noms des intervenants. Mais c'est ma faute de Blanc privilégié (comme avec les noms Wakandais).

 

- Sara : Ennis dans ce qu'il fait de meilleur, du récit de guerre. Avec Ennis le sujet ce n'est pas la guerre, ce sont les hommes et les femmes qui la vivent. Et il les respecte tellement, ces gens qui vivent des tragédie et des sacrifice, qu'il en retient même ses penchants scatologiques, c'est dire !

 

- Sentient : tout pareil. C'est pas hyper original, mais c'est très bien réalisé et ça se lit très bien.

 

- Hexed & Paper Girls : mis dans ma pile, du coup, merci

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, martus a dit :

RUMBLE de john ARCUDI et james HARREN

L'équipe des meilleurs épisodes du BPRD !

Et d'ailleurs j'ai un peu décroché quand Harren s'en va, remplacé par David Rubin (Black Hammer : Sherlock Frankenstein)

 

Edit : si ça t'intéresse, Harren vient de lancer en mars la série ULTRAMEGA, où ça bastonne contre des Kaijus

Edited by madcollector
Link to post
Share on other sites

Trop bien Paper Girl. 
 

Firepower, j’y allais sans y attendre grand chose et j’ai beaucoup aimé au final. 
 

Et du coup faut que je lise Rumble. 
 

edit: sentient et sara aussi, mais Rumble je dois l’acheter avant. 😄

Edited by Skarlix
  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Yawara n'existe pas en anglais, je vais attendre un passage en France ... :( tout comme pour Aristophania et Hexed

Fire Power, depusi le prologue, on les lit tous les 4 a la maison et tout le monde s'eclate ! mais je vous l'avais déja dit. Paper Girls, je regrette qu'ils soient en carton, je les relirais bien a posteriori.

 

Crowded (Image comics)

crowded-vol-1-tp_b42bb42b42.jpg.b028ff675cd7bf52434ce5764175e57a.jpg

Futur proche: tout est dispo en ligne, plein de petits boulots possibles, les plateformes de Crowdfunding ont explosés, une particulierement qui permet légalement de mettre un contrat sur la tete de quelqu'un légalement. Tout a commencé avec un contrat contre un politicien verreux et la judisprudence aidant, tout le monde peux! Le personnage principal se retrouve avec une super cagnotte sur le dos, tout le monde la chasse, elle doit survivre un mois aidée par la garde du corps qu'elle a embauché pour garder l'argent et ne plus pouvoir avoir de campagne contre elle.

Ce sera fini en 3 tomes, c'est dégenté, dynamique et intelligent. Les perso Queer sont la mais ce n'est pas le sujet du bouquin. 

 

Cross Over (Image Comics)

81Tj8ayGr1L.thumb.jpg.7fc7365ac5190a83dcb281ad28faa717.jpg

Donny Cates (God country, Venom...) s'attaque a une histoire super méta avec tous les persos des comics qui arrivent d'un coup par un portail pour se mettre sur la tete dans notre monde. On suit une cosplayeuse qui bosse dans un magasin de comics et les gens avec qui elle est entrainée pour entrer sous le dome et retrouver ses parents. Ce tome 1 est une mise en place: on comprend l'univers développé, on s'amuse des clins d'oeil, on comprends les enjeux et volontés de chacun des intervenants (du personnage principal au gouvernement en passant par ... d'autres ;) -no spoil- ). C'est bien fichu, joli, dense pour une mise en place. Ceux qui ont une grosse culture comics comprendront les réferences, les autres ne seront pas perdus. J'ai passé un bon moment mais j'attends la suite ...

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, Barbi a dit :

Cross Over (Image Comics)

Un peu déçu de mon côté.

Donny Cates avait lancé le titre à grand renfort de superlatifs, mais au final je n'y trouve ni sens de l'épique (malgré des grosses explosions, des capes et des lasers) ni le côté intimiste des comics indépendants (malgré des passages très personnels sur les protagonistes). Du coup, j'ai trouvé ce comics le cul entre 2 chaises, qui ne délivre pas la Révolution annoncée.

Ca reste lisible, mais pas de "wow" pour moi. Par contre ça aiguise ma curiosité autour de God Country.

 

J'aime beaucoup ce que Cates a fait sur Thanos/Silver Surfer, mais pas son Vénom, quoique je lui reconnait de faire quelque chose de différent. Au dernier apéro BD on disait que certains auteurs comme Vaughan étaient des valeurs sûres. Cates, c'est du 50-50 pour mes goûts.

Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, madcollector a dit :

Un peu déçu de mon côté. - Donny Cates avait lancé le titre à grand renfort de superlatifs,

C'est l'avantage de ne pas lire les médias spécialisés, j'ai pris dans ma librairie parceque la couv' était sympa, m'a fait feuilleté et j'ai été attiré par le traitement des couleurs... comme quoi ;) en effet, ce n'est pas la BD du siecle mais les hypotheses et la mise en place de l'univers sont suffisament sympas pour etre conseillé !

Link to post
Share on other sites
Il y a 22 heures, Skarlix a dit :

Moi faut que j’aille acheter mon Omnibus Ultimate Spiderman arrivé chez mon revendeur.  

 

Tu parles de l'Omnibus La Mort de Spider-Man ? Si oui, c'est vraiment le tome qu'il faut avoir dans sa collec' si t'as déjà les 12 tomes d'Ultimate Spider-Man. Il venait clore de manière superbe -j'avais trouvé- cette longue saga. Une vraie fin était offerte aux 12 tomes.

Link to post
Share on other sites
Le 08/06/2021 à 20:30, SentMa a dit :

DC lance son opération dix bds pour pas chères

C’est cool par contre ne vous attendez pas à des chefs-d’œuvre, l’année dernière ou les Marvel panini, c’était un concentré de one shots super bien menés et cultes, là il y a pas mal de démarrage d’histoires et de titres pas top (Avis perso évidemment). 

à ce prix là, vous risquez rien  mais n’attendez pas grand chose (c’est le meilleur moyen d’avoir une bonne surprise ;) )

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Edrahil a dit :

 

Tu parles de l'Omnibus La Mort de Spider-Man ? Si oui, c'est vraiment le tome qu'il faut avoir dans sa collec' si t'as déjà les 12 tomes d'Ultimate Spider-Man. Il venait clore de manière superbe -j'avais trouvé- cette longue saga. Une vraie fin était offerte aux 12 tomes.

Les deux sortent en omnibus. Donc les deux 😄

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Voila les nominés pour les Eisner awards

image.thumb.png.e22172687f515694a0904898e77fb77f.png

Pas mal de titres dont on a parlé (en bien la plupart du temps)  ici: Slaughterhouse Five, Pulp, Department of truth, Something is killing the children, Barbalien, Crossover, Le journal de mon pere, Kent State, Blue in green, Killadelphia, Superman smashes the klan, Wonder Woman Dead earth (je n'ai pas lu achete Altitude mais plein de monde m'en ont dit du bien aussi).

Comme je vous le disais la semaine derniere, Le journal de mon pere, de Tanigushi, arrive seulement maintenant en anglais. Meme postume, ca fait plaisir!

Edit: je viens de remarquer, aucun Marvel - ouch!

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

Our website uses cookies to guarantee you the best navigation. By continuing your visit, you confirm that you accept these cookies. Our Cookie Policy has other terms. Privacy Policy