Jump to content

Barbi

Members
  • Posts

    4,978
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Barbi

  1. Avant, on testait les cosmétiques sur les animaux... La maltraitance animale, c'est pas bien.
  2. Goodnight Paradise - disponible en France chez Panini Un polar noir atypique: la narration se fait du point de vue d'un alcoolique SDF... Il tombe sur un cadavre en cherchant de la nourriture et résoue le meurtre d'obsession en obsession, le lecteur a conscience des biais du personnage et de ce qu'il loupe sans jamais avoir la photo complete. Le bouquin m'a particulierement touché par certains dialogues que j'ai vécu, si vous avez un alcoolique dans votre entourage, ce récit est aussi un témoignage que ce que vous pouvez subir est directement lié a la dépendance a l'alcool (cela ne dit pas si ces comportements changent si on s'en sort...) https://www.bodoi.info/goodnight-paradise/
  3. J'aurais dit un van Sky TV, mais en fait non, c'est un sticker que tu peux acheter pour £60! Coté Sky, ils sont vraiment cools, il y a d'autres visuels sur les cotés, mais ils mettent leur nom dessus Quelqu'un bosse pour eux dans le coin, c'est fun de les voir changer mais pour rester sur le theme, les italiens avaient fait vraiment fort!
  4. mon stage fin d'étude, j'avais concu une machine d'usinage lubrifié pour des électrodes carbones, l'idée c'était que pour les moules et usinages fins, tu n'as besoin que d'une seule électroérosion donc pas grave si tu dois la jeter apres, autant ne pas dépenser l'énergie a usiner du cuivre. Je sais que la machine a été vendu dans l'electronique mais ce serait rigolo que des moulistes figurines utilisent ca aussi La bebete ne coutait rien a fabriquer, du style 200€ donc meme si les temps d'usinage étaient long, les électrodes ne revenaient vraiment pas cher. Edit: en y repensant, peu de chance que la techno puisse etre utilisée, de memoire, j'usinais a 5 centiemes, impossible de faire les états de surface nécessaires
  5. Et pour les lapins en chocolat...
  6. Bon bah voila, presque 3 ans d'activité et je me sens presque professionel, Airecon, un paradis pour gamer: 5000 personnes et des km de tables avec ludoteques, stands, bonne bouffe, voila l'équipe que j'avais le weekend dernier
  7. pas de photos mais créer du volume avec du flock (fibres linéaires coupées courtes) blanc mélangé a de la colle et tu as juste a rajouer un peu de bicarbonate+colle, par contre c'est obligé en deux temps. On avait essayé sur des petits socles, hate de recommencer sur Ragnarok quand je sors la tete de l'eau!
  8. A quand l'option dans mythic battle!
  9. Rumjacks et Dropkick, c'est de la bombe. Mon fils découvre mes vieux cd, il aime pas bodycount, mais par contre adore et va a travers tout Korn, Lofo et Shelter 😀 Et sinon
  10. désolé, j'ai répondu un peu tard du téléphone, c'est pas forcément lisible/compréhensible... quelques clarifications: Travail de commande: le directeur de collection paye un auteur ou dessinateur une enveloppe fixe pour un travail donné avec des royalties additionelles potentielles mais faibles en %, exemples: je pense que c'est la cas des bouquins Warhammer, en BD, les collections historiques Chiffre d'affaire pris en compte par les éditeurs: toujours hors taxe, dans le livre, les prix étant bloqués par les éditeurs, c'est plus simple, quand il y a export, les calculs sont moins transparents et c'est un enfer pour le controle financier Bande Dessinée franco belge: les droits sont divisés entre scénariste et dessinateur, souvent a part quasi égales parceque le scénariste est aussi "chef de projet/apporteur d'affaire" donc le boulot cumulé n'est pas que sur ce qu'on lit, cela m'avait beaucoup surpris, mais certains duos vont jusque 80/20 (ordre de grandeur en mode je pense que, ce ne sont pas des contrats que j'ai vu) Comics/manga: le modele économique est complétement différent puisque les prix ne sont pas fixes, les royalties en % sont plus élevés (de 10 a 80%) mais sur une assiette plus floue, c'est sur les "net sales", donc chiffre d'affaire éditeur (donc prix distribution) duquel est retranché une liste variable de frais fixes, j'imagine bien comment cela peut finir a peau de zob Pour revenir au propos initial, les premieres semaines (jours) sont en effet clés et cela donne aussi le budget marketing post lancement qui permet d'entretenir la machine. Les calculs pour le cinéma sont les plus publics et les ratios CA premier weekend/CA final sont impressionants de régularité.
  11. Classe! Les coins carrés c'est quand meme particulier Sinon, on est passé a 6 dans mon équipe depuis une semaine, on se professionalise 😉
  12. Je connais moins l'économie roman que bd, mais un auteur touche 3 a 8% du CA, avec les stars qui sont au dessus. Et c'est sans parler des travail de commande. La grosse difference est l'avance sur droits, en gros pour l'atteindre et commencer a gagner de l'argent en plus, c'est sur les premieres semaines... et dans le roman, ces avances sont pourtant minimes, en bd elles ont énormément reculées (et les volumes d'impression aussi) Le modele du jds est assez similaire par ailleurs
  13. Complètement d'accord, lu au fur et a mesure de la sortie a partir du 4, les bases de l'univers, les persos et la conclusion en font une super saga, a déguster avec une soupe a l'oignon 😉
  14. p... je n'aimerais pas a avoir a valider le moule et la prod, quelle horreur a injecter! @la queue en airain, les scénarios supplémentaires, c'est ce qui coute le plus en dév et en temps, vu que l'objectif annoncé est de livrer dans 12 mois, ils n'en mettront en stretch goals que si ils existent déja.
  15. @Nordheimer, hate d'avoir ton retour, j'espere que tu es bien dans l'attente d'un truc défoulatoire!!! le découvrir 15 ans apres l'écriture lui donne un coté géopolitique vraiment tres intéressant.
  16. Il arrive parfois de lire la BD qui correspond parfaitement a votre humeur/besoin du moment, et c'est ce qui m'est arrivé avec The losers https://www.planetebd.com/comics/urban-comics/the-losers/-/21573.html un coté "c'est vraiment trop" super bien ficelé, des agents trahis de l'armée qui remontent une filiere sombre de la CIA, de l'action a foison et un scénario global entrainant avec des personnages forts qui fleurent bons les films de notre adolescence Et... Jock au dessin! de la balle!
  17. de mon coté, aucun persos "intéressants" dans le sens aucun que j'ai envie de suivre: soit destestables, soit pénibles, et comme je n'accroche pas au dessin, rien ne me pousse a continuer. J'ai essayé de m'accrocher pour comprendre le phénomene social, mais je suis assez hermétique. Les séries avec des persos principaux que l'on ne "peut" pas aimer, ils ont une profondeur, une histoire qui donne l'envie d'approfondir meme si on ne les soutient pas ou qu'on ne peut pas s'y identifier. Merci pour ton retour sur Beastars
×
×
  • Create New...

Important Information

Our website uses cookies to guarantee you the best navigation. By continuing your visit, you confirm that you accept these cookies. Our Cookie Policy has other terms. Privacy Policy